LLD, WLTP et mobilités alternatives… L’OVE fait le point sur la situation des flottes

Publié le par

Pour la quatorzième année consécutive, l’Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE) a présenté son baromètre en partenariat avec le CSA. Le point sur la situation des flottes françaises en 2018.

Les entreprises s'ouvrent de plus en plus aux mobilités alternatives.
Les entreprises s'ouvrent de plus en plus aux mobilités alternatives.

Arrivée timide des énergies alternatives

La transition énergétique est un sujet central pour les gestionnaires de flotte. En France, 41 % des entreprises y ont déjà songé. Dans la réalité, elles sont 19 % à avoir installé au moins une énergie alternative. Pour les grands comptes, ce pourcentage grimpe jusqu’à 58 %. Parmi ces énergies dites alternatives, c’est l’hybride (11 %) qui arrive en tête avec le véhicule électrique (11 %) et l’hybride rechargeable (9 %). Les autres énergies comme le GNV, le GPL et la pile à combustible sont quasi inexistantes, à moins de 1 %.

Auto-partage et covoiturage ont la cote

La mobilité en entreprise ne passe pas que par le véhicule. C’est ce que confirme l’étude de l’OVE puisque 45 % des entreprises interrogées annoncent avoir déjà mis en place de l’auto-partage, du covoiturage ou du crédit mobilité. Un pourcentage qui va jusqu’à 72 % dans les grandes entreprises. Un chiffre à relativiser car seuls 16 % des acteurs interrogés se disent prêts à abandonner tout ou partie de leur parc au profit de ce type de solution.

La LLD s’impose

PNG - 84.4 ko

La location longue durée reste le mode de financement préféré des entreprises, même si l’on note un fort écart entre les TPE et les grands comptes. Les flottes importantes sont en effet 71 % à opter pour la LLD en France. Un taux qui descend à 60 % pour les PME, à 22 % pour les petites entreprises et à 11 % pour les TPE. Mais le taux de progression est justement fort pour les plus petits acteurs, qui sont de plus en plus nombreux à délaisser l’achat, le crédit et la LOA.

WLTP inquiète

Bien qu’encore très floue pour les gestionnaires, la nouvelle norme d’homologation WLTP inquiète. En effet, 47 % des entreprises françaises disent avoir déjà anticipé son impact pour les trois prochaines années. Des conséquences fiscales impossibles à prévoir et dont les premiers indices devraient être connus début 2019.

Les coûts d’usage repartent à la hausse

Avec le baromètre annuel, l’OVE a dévoilé les résultats de son TCO Scope, qui passe à la loupe les prix de revient kilométriques. Et l’année 2017 marque une rupture : en baisse depuis 2012, les coûts d’usage repartent de plus belle pour atteindre 0,351 € TTC/km pour les VP et 0,266 € HT/km pour les VUL. Une hausse qui pourrait se poursuivre dans les années à venir face à une fiscalité automobile en croissance.

Mots clefs associés à cet article : Observatoire, Entreprises, Marché Flottes, Enquêtes

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER