"L’hydrogène est une solution pertinente pour les flottes", avance Valérie Bouillon-Delporte, vice-présidente de l’Afhypac

Publié le par

Vice-présidente de l’Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible, et plus particulièrement investie par les questions de mobilité, Valérie Bouillon-Delporte suggère aux gestionnaires de parcs de "ne faut pas opposer les véhicules électriques à batteries aux véhicules hydrogène" car cette source d’énergie "est une solution pertinente pour les flottes".

Le plan national hydrogène prévoit la mise à la route de 5 000 VUL dotés d'une pile à combustible à l'horizon 2023
Le plan national hydrogène prévoit la mise à la route de 5 000 VUL dotés d'une pile à combustible à l'horizon 2023

L’Automobile & L’Entreprise : Qu’est-ce que l’Afhypac et quel est son rôle ?

Valérie Bouillon-Delporte : L’Afhypac est l’Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible. Elle regroupe environ 160 membres, mobilisés pour le déploiement des solutions hydrogène au profit de la transition énergétique. Il s’agit d’industriels, d’énergéticiens, d’équipementiers, de constructeurs automobiles, de PME/PMI mais aussi de collectivités territoriales et de syndicats d’énergie.

JPEG - 20.3 ko
Valérie Bouillon-Delporte

A&E : Où en est la France dans le développement de la mobilité hydrogène ?

VBD : La France s’est dotée d’un « Plan national hydrogène » avec des objectifs chiffrés à atteindre à l’horizon 2023 puis à l’horizon 2028. Concernant la mobilité, 5 000 véhicules utilitaires légers et 200 véhicules lourds à hydrogène doivent être mis à la route d’ici à 2023. En parallèle, 100 stations hydrogène doivent voir le jour. Pour 2028, l’objectif est de 20 000 à 50 000 VUL et de 800 à 2 000 véhicules lourds pour 400 à 1 000 stations.

A&E : N’est-ce pas trop ambitieux alors que le véhicule électrique, promu par les autorités, commence à peine à trouver son public ?

VBD : Il ne faut pas opposer les véhicules électriques à batteries aux véhicules hydrogène : ce sont aussi des véhicules électriques ! Dans les véhicules électriques à batteries (type Renault Zoe), un même composant – la batterie – assure la puissance et l’énergie. Dans un véhicule à hydrogène (type Hyundai Nexo) on dissocie puissance et stockage de l’énergie. La puissance est délivrée par la pile à hydrogène, tandis que le stockage est assuré par le réservoir d’hydrogène.

A&E : Le développement de la mobilité hydrogène s’annonce complexe avec une offre de véhicules quasi inexistante.

VBD : Aujourd’hui, en France, seuls deux véhicules particuliers dotés d’une pile à combustible sont proposés : le Hyundai Nexo et la Toyota Mirai. Mais les constructeurs vont développer leur offre. Renault a annoncé la commercialisation de ses utilitaires Kangoo Z.E. Hydrogen et Master Z.E. Hydrogen à brève échéance. Le groupe PSA travaille également sur une déclinaison hydrogène de ses utilitaires Citroën Jumpy, Peugeot Boxer et Opel Vivaro. Les constructeurs de poids lourds ou d’autobus avancent également leurs pions.

A&E : Pourquoi les professionnels ont-ils intérêt à se tourner vers l’hydrogène ?

VBD : L’hydrogène est une solution plus pertinente que l’électrique pour les flottes car il autorise une plus grande disponibilité et une plus grande autonomie du véhicule. Un kilogramme d’hydrogène permet de parcourir environ 100 kilomètres. À titre d’exemple, la Toyota Mirai peut embarquer 5 kg d’hydrogène dans son réservoir, donc le rayon d’action de ce véhicule s’approche des 500 kilomètres. Et, contrairement au VE, le plein d’énergie se fait rapidement : en 3 à 5 minutes. Enfin, les conducteurs ont l’agrément des véhicules thermiques et les avantages de l’électrique (silence de fonctionnement, puissance…).

A&E : Peu de flottes aujourd’hui ont franchi le pas, en raison aussi des coûts élevés.

VBD : Le prix des véhicules est élevé, mais des flottes à hydrogène se développent. On peut citer en exemple Engie, qui utilise une vingtaine de Renault Kangoo convertis à l’hydrogène par Symbio. Dans ce cas précis, la pile à hydrogène agit comme un prolongateur d’autonomie. On peut également mentionner la flotte des taxis Hype, composée d’une centaine de véhicules Hyundai et Toyota et dont le nombre de véhicules devrait passer à 600 d’ici à fin 2020.

Mots clefs associés à cet article : Pile à combustible, Hydrogène, Afhypac

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter