L’homologation WLTP devient la norme en France

Publié le par ,

Après deux années de reculade, de bugs techniques et d’atermoiements, le décret validant l’entrée en vigueur de la nouvelle homologation au 1er mars 2020 vient d’être publié au Journal officiel.

L'État confirme le passage à l'homologation WLTP au 1er mars. (© Nicolas Zwickel / Groupe PSA)
L'État confirme le passage à l'homologation WLTP au 1er mars. (© Nicolas Zwickel / Groupe PSA)

Changement d’ère. À partir du 1er mars 2020, l’ensemble des voitures particulières commercialisées en France devront être homologuées suivant la nouvelle norme WLTP (Worldwide Harmonised Light Vehicle Test Procedure) qui remplace l’ancienne homologation NEDC (Nouveau Cycle Européen de Conduite), indique un décret paru au Journal officiel du 28 février 2020.

Pour rappel, l’application de ce nouveau protocole d’homologation des véhicules - et de mesure de leurs consommations, autonomies (pour les VE), émissions de dioxyde de carbone (CO2) et rejets polluants - permet d’afficher des valeurs plus proches de la réalité que l’ancienne norme. Il faut ainsi s’attendre à une augmentation de l’ordre de 20 à 30 % de l’ensemble des rejets des véhicules.

WLTP et certificat eCoc de rejet de CO2 par véhicule

En même temps que l’entrée en vigueur de cette nouvelle norme pour le territoire français, le décret signé par le Gouvernement et publié au Journal officiel marque également l’entrée en vigueur du nouveau logiciel eCoc d’immatriculation qui va enregistrer de manière individuelle l’ensemble des rejets de CO2 des véhicules. Cette individualisation des rejets de CO2, véhicule par véhicule, marquant une nouvelle étape dans l’objectif de réduction des émissions de dioxyde de carbone au niveau européen à travers la réglementation CAFE entrée, elle, en vigueur au 1er janvier 2020.

De possibles bugs informatiques lors des immatriculations

Lors de la dernière phase de test de l’homologation eCoc, rélisée entre les constructeurs et le ministère de l’Intérieur, plusieurs ennuis techniques subsistaient encore. Il faut donc s’attendre à quelques retards d’immatriculations des véhicules à partir de cette date. Par la voix de Xavier Horent, son délégué général, le Conseil national des professions de l’automobile « prend acte de cette publication et se tient aux côtés des entreprises et des pouvoirs publics pour réussir son application, au service d’une information plus transparente des consommateurs ».

Le CNPA souhaite cependant « une réunion rapide du comité de pilotage du SIV au niveau du ministère de l’Intérieur pour associer les différents partenaires à la fiabilisation du système et éviter de perturber un marché marqué par des perturbations réglementaires et fiscales excessives ».

Mots clefs associés à cet article : WLTP, NEDC, Journal officiel, CAFE

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter