L’excellente année 2018 du marché automobile français

Publié le par

Avec le passage en 2019, l’heure des bilans annuels a sonné. Malgré des incertitudes liées aux changements de réglementation, 2018 a été une bonne année pour le marché automobile français. Celui-ci a progressé par rapport à 2017.

L'excellente année 2018 du marché automobile français

Les Français aiment l’automobile. En dépit de l’entrée en vigueur de nouvelles normes de dépollution (Euro 6d-Temp), du passage progressif à un nouveau cycle d’homologation des véhicules (WLTP), de la modification du barème du bonus/malus écologique, des annonces relatives aux restrictions de circulation dans certaines zones urbaines à plus ou moins brève échéance et de la hausse des prix des carburants, les Français ont continué à acheter des véhicules neufs l’an dernier.

En 2018, les immatriculations de voitures particulières et d’utilitaires légers ont progressé de 3,3 % par rapport à l’année précédente. Ainsi, de janvier à décembre, 2 632 067 véhicules neufs ont été mis à la route, contre 2 549 393 en 2017, relève le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

Sans surprise, les automobilistes français ont majoritairement accordé leur confiance aux constructeurs hexagonaux. Les groupes automobiles français (PSA avec ses marques Citroën, DS, Opel/Vauxhall, Peugeot et le groupe Renault avec Alpine, Dacia et Renault) ont écoulé 1 547 358 véhicules. Un volume en croissance de 7,6 % par rapport à 2017. Face à eux, les groupes étrangers ont immatriculé 1 085 249 véhicules en 2018. Un volume en régression de 2,4 % par rapport à l’année précédente.

PSA bouscule Renault…

Dans le détail, les acheteurs de voitures neuves ont préféré les modèles du groupe PSA à ceux du groupe Renault. Le premier a vendu 856 433 véhicules, le second 689 788 unités.

Chez PSA, si les ventes de toutes les marques du groupe ont progressé en 2018, Peugeot (468 049 immatriculations) et Citroën (286 348 immatriculations) restent les locomotives du groupe. Derrière elles, Opel finit l’année avec 77 810 ventes réalisées quand DS en comptabilise 24 226.

Du côté du groupe Renault, la performance vient de Dacia, qui enregistre une hausse de 18,6 % de ses ventes sur un an. La filiale low cost de la marque au losange a séduit 141 587 acheteurs en 2018 contre 119 357 l’année précédente. Quant à l’ex-Régie, si elle continue a écouler plus de 500 000 véhicules par an, 2018 marque un léger recul des ventes (– 1,8 %) à 547 045 unités contre 554 504 en 2017.

… FCA, Toyota et Hyundai s’envolent…

Parmi les bonnes performances de l’année, relevons celle du groupe FCA (Fiat, Alfa Romeo, Abarth, Iveco, Jeep, Chrysler, Maserati, Lancia), qui voit ses ventes françaises croître de 11,1 % à 157 337 unités portées par les bonnes performances des marques Fiat et Jeep (respectivement 116 606 et 16 468 immatriculations).

Le groupe japonais Toyota (composé de Toyota et Lexus) signe également une très bonne année 2018 avec des ventes en hausse de 10,1 % à 111 192 immatriculations. Passé maître en une vingtaine d’années de la motorisation hybride essence-électricité, Toyota contribue grandement à ce succès avec 105 091 ventes enregistrées sur l’année.

Le groupe coréen Hyundai Motors peut également avoir le sourire après avoir mis à la route 78 336 véhicules, soit une hausse de 16,5 % de ses immatriculations sur un an. Dans le détail, Hyundai comptabilise 35 873 ventes et Kia, 42 463 ventes.

… Nissan et Audi toussent

Au terme de l’année 2018, certains groupes automobiles ou constructeurs voient cependant leurs ventes chuter. C’est le cas du groupe japonais Nissan, dont les immatriculations chutent en France de 15,8 % sur un an (70 406 unités). Si les modèles iconiques de la marque Nissan (Micra, Leaf, Juke et Qashqai) continuent de séduire les acheteurs français, ceux-ci se détournent en revanche des véhicules produits par Infiniti, la branche premium du groupe. En 2018, la marque a écoulé seulement 6 101 véhicules dans l’Hexagone.

Enfin, au sein du très fourni groupe Volkswagen, la division premium Audi voit ses ventes plonger de 21,2 % en un an. Celles-ci passent de 66 507 unités écoulées en 2017 à 52 430 unités en 2018, la marque aux anneaux ayant souffert d’une gamme en partie vieillissante (A3, A1, Q3) et du passage à la norme WLTP. L’année 2019 devrait lui redonner du souffle avec une avalanche de nouveaux modèles (A1 Sportback, Q3, Q8) et l’arrivée de l’inédit SUV eTron 100 % électrique.

Mots clefs associés à cet article : Statitistiques, Marché VP, Marché VUL, Marché France

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2019

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2019, est l’outil indispensable.