L’activité du secteur privé au plus bas en France

Publié le par

Même si cela était prévisible avec la crise du Covid-19 et les mesures de confinement, l’activité du secteur privé en France s’est bel et bien effondrée en mars 2020, atteignant un niveau historiquement bas à l’aune des indicateurs d’IHS Markit.

Conséquence de la crise du Covid-19, l'activité du secteur privé atteint un niveau historiquement bas en France comme en Europe. (© Groupe Hess)
Conséquence de la crise du Covid-19, l'activité du secteur privé atteint un niveau historiquement bas en France comme en Europe. (© Groupe Hess)

Sous l’effet et la crise sanitaire du Covid-19 et de ses corollaires économiques, l’activité du secteur privé s’est totalement délitée en mars 2020, avec un indice IHS Markit qui a chuté à 28,9 points, contre 52 en février. Les experts d’IHS Markit tablaient sur un atterrissage au-dessus de 30 points. Selon eux, il s’agit tout simplement de « la plus forte contraction de l’économie française sur un mois depuis que l’indicateur composite du groupe est utilisé, à savoir mai…1998 ! ».

Terrible impact sur toutes les activités de services

« Cet effondrement de l’activité globale reflète les cessations d’activité dans les entreprises et la baisse vertigineuse de la demande liées à la propagation du Covid-19 à l’échelle mondiale », ajoutent les experts par voie de communiqué, tout en pointant que la chute de l’activité est particulièrement abrupte dans les domaines des services, avec un indicateur de l’activité commerciale qui fait le grand écart entre février et mars 2020, passant de 52,5 à 27,4 points. L’industrie manufacturière est aussi sévèrement touchée. Cette situation ne pourra pas s’améliorer « tant que persisteront les mesures de confinement et de fermetures d’établissements imposées par les différents gouvernements », assène Eliot Kerr, qui préconise vivement la mise en place de « mesures fiscales efficaces destinées à enrayer la vague de suppressions d’emplois amorcée ces dernières semaines ».

Une zone euro dévastée

La tendance est générale et dans la zone euro, l’indice composite s’établit, en mars, à 29,7 points, soit une chute sans précédent. L’Italie est le marché le plus touché. « Conformes, pour la dernière période d’enquête, à un taux de contraction annuel du PIB proche des 10 %, les données PMI de la zone euro semblent en outre vouées à poursuivre leur courbe baissière dans les prochains mois », avance Eliot Kerr.

PNG - 778.4 ko
Les experts d’IHS Markit préconisent la mise en place très rapide de systèmes d’aides efficaces aux entreprises. (© Clara Automobiles)

Mots clefs associés à cet article : Fleet management, Entreprises, Marché Flottes, Marché France, Marché Europe, Économie, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter