L’achat automobile en ligne fait un bond en 2020

Publié le par

Expert de la data automobile, la société de conseil C-Ways vient de présenter les résultats de l’étude Nextcar édition 2021. Celle-ci confirme l’attrait croissant du parcours d’achat automobile en version 2.0.

La digitalisation du processus de vente a bénéficié d’un contexte sanitaire restrictif. © Athree23/Pixabay
La digitalisation du processus de vente a bénéficié d’un contexte sanitaire restrictif. © Athree23/Pixabay

La pandémie et les mesures de distanciation sociale ainsi que les confinements à répétition ont contribué à l’essor d’une tendance jusqu’alors encore marginale : l’achat automobile en ligne. La digitalisation du processus de vente a en effet bénéficié d’un contexte sanitaire restrictif. Par conséquent, selon l’enquête Nextcar/C-Ways s’appuyant sur les chiffres transmis par des constructeurs, loueurs, financeurs, assureurs et distributeurs adhérents et exploitant les données du SIV (Système d’immatriculation des véhicules), 54 % des acheteurs de véhicules neufs ont effectué au préalable une configuration du modèle souhaité sur Internet ou en concession en 2020, contre 44 % en 2019. De même, 33 % des 1 300 acheteurs automobiles français interrogés se déclarent désormais prêts à acheter leur véhicule intégralement en ligne, alors qu’ils n’étaient que 29 % en 2019. Une progression qui doit beaucoup à la facilité et la rapidité du parcours d’achat, qui s’est d’ailleurs significativement amélioré en 2020, passant de dix semaines en 2019 à six semaines maintenant.

>> À lire aussi : La LLD se maintient en janvier

Pour autant, Alix Checchi, responsable du pôle conseil auto & mobilité, qui pilote l’étude Nextcar/C-Ways, préfère rester prudent quant à la généralisation de cette méthode de vente. « La digitalisation du commerce des véhicules s’est certes accélérée avec le Covid, mais l’offre en France est encore peu mature et rares sont les plateformes qui proposent un réel parcours d’achat intégralement digitalisé », fait-il en effet remarquer. Nombre de constructeurs ayant cependant inscrit le développement de ce service d’e-accompagnement des ventes dans leurs objectifs 2021, une recrudescence du phénomène n’est toutefois pas à exclure dans les années à venir.

Des futurs acquéreurs affirmés dans leurs choix

Autre fait notable émanant de l’enquête Nextcar : les acheteurs ne tergiversent plus sur le type de véhicule qui leur plairait. Renseignés et conscients de leurs besoins quotidiens, ils sont davantage fixés sur leurs envies puisque 41 % d’entre eux déclarent avoir choisi la marque de leur prochain véhicule en entamant leur parcours d’achat. En comparaison, ils n’étaient que 33 % en 2019. Leur seul véritable point d’hésitation en 2020 se situait au niveau de l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion. Tiraillés entre les primes et bonus incitateurs et les délais de livraison plus longs pour un VN, 36 % ont mis plus de temps à se décider contre 18 % en 2019. Et cela a plutôt bien profité au VO puisque ce marché de la seconde main a bien résisté comparé à son concurrent tout frais sorti d’usine.

Enfin, concernant le financement, le leasing (LOA + LLD) a continué sa percée auprès des particuliers, atteignant 42 % des ventes de véhicules neufs en 2020 (contre 39 % en 2019). Si 77 % des acheteurs sondés affirmaient être à l’aise et bien comprendre les systèmes, les avantages et les inconvénients de ces modes de possession, le principal frein à une plus forte expansion de la location demeure l’attachement à la propriété pour 41 % des répondants. La voiture comme bien dématérialisé n’est donc pas pour demain, tout comme l’abandon total du contact humain, base de la fidélisation client.

Mots clefs associés à cet article : Études, Marché France, Véhicule neuf (VN), Véhicule d’occasion (VO)

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER