L’accès des VUL "zéro émission" au bonus écologique élargi

Publié le par

Les véhicules utilitaires légers (-3,5 t) les moins émetteurs de CO2 vont bientôt pouvoir bénéficier d’un nouveau mécanisme d’accès au bonus écologique.

(image d'illustration © Peugeot)
(image d'illustration © Peugeot)

Changements en vue dans les règles d’accès au bonus écologique. À l’issue d’une réunion du Comité stratégique de la filière automobile, lundi 26 avril, Bruno Le Maire a annoncé l’élargissement des conditions d’accès au bonus des véhicules utilitaires légers à très faibles émissions (100 % électriques à batterie ou hydrogène).

« Au même titre que les véhicules particuliers, les filières des véhicules utilitaires légers et des véhicules industriels s’engagent à poursuivre le renforcement de leur offre de véhicules zéro émission et à tripler la part de marché des VUL électriques dans les deux années à venir. Les dispositifs de bonus et de prime à la conversion seront ajustés pour réduire l’écart de coût d’acquisition et d’usage qui apparaît aujourd’hui trop important pour développer les ventes sur ce créneau », peut-on lire dans un communiqué commun de Bruno Le Maire, Élisabeth Borne, Agnès Pannier-Runacher et Jean-Baptiste Djebbari, les ministres présents autour des acteurs de l’industrie automobile (constructeurs, équipementiers, sous-traitants, organisations patronales et syndicales).

Des précisions attendues

Comme tous les véhicules électriques, les utilitaires branchés peuvent prétendre - pour le moment - à un bonus de 5 000 euros (dans la limite de 27 % du prix de vente) si leur facture n’excède pas 45 000 euros. Dans le cas, où celle-ci est comprise entre 45 000 et 60 000 euros, le montant du bonus est alors de 3 000 euros. Enfin, au-delà de 60 000 euros, les VUL peuvent prétendre à un bonus de 2 000 euros. Des montants valables jusqu’au 31 juin prochain, puisque une révision de la grille du bonus est prévue pour le 1er juillet, sous la forme d’un coup de rabot de 1 000 euros.

À l’issue du Comité stratégique de la filière, Bercy n’a pas précisé quelle forme prendrait l’évolution du mécanisme pour les utilitaires. Il pourrait s’agir d’un montant fixe quel que soit le prix de vente ou d’une nouvelle modulation par tranche de prix. La date d’entrée en vigueur de ce coup de pouce n’a pas non plus été précisée. Des éléments qui devraient être connus dans les prochaines semaines.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule utilitaire léger (VUL), CO2, Hydrogène, Bonus-malus, Bruno Le Maire, Ministère de la Transition écologique et solidaire, électricité

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter