L’Orne met à disposition des habitants sa flotte de véhicules électriques

Publié le par

Depuis 2016, en application de la politique de Développement durable votée par les élus, le département de l’Orne a fait l’acquisition de véhicules électriques. Des modèles utilisés au quotidien par les fonctionnaires territoriaux mais aussi par les administrés. Via le service Autofree 61, les Ornais peuvent profiter des Nissan eNV200, Renault Zoe et Kangoo Z.E. inutilisés par les agents.

L'Orne met à disposition des habitants sa flotte de véhicules électriques

Autofree 61 est au monde rural ce qu’Autolib’ fut à la région parisienne. Un service d’autopartage de véhicules électriques, accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. À la différence près que les automobilistes n’empruntent pas des véhicules spécialement affectés à cet usage mais roulent dans ceux utilisés au quotidien par les agents du Conseil départemental de l’Orne.

Le dispositif Autofree 61 a vu le jour en 2017, à la suite d’une expérimentation menée par la ville nouvelle de Tincheray-Bocage (située à 80 kilomètres d’Alençon). Une commune alors dirigée par Jérôme Nury, le premier vice-président du Conseil départemental de l’Orne.

70 véhicules répartis sur 4 sites

Dans une premier temps, seuls six véhicules électriques (des Renault Zoe et Kangoo Z.E.) étaient mis à disposition des Ornais, en dehors des horaires de travail des agents. Soit les week-end et la semaine entre 18h30 à 7h00. En un an d’existence, le service a profondément évolué.

"Nous avons constaté que ce service fonctionne bien. Il y a environ une centaine d’utilisateurs qui emprunte régulièrement les véhicules stationnés à Alençon, au sein de l’Hôtel du Département. Depuis le 26 octobre dernier, trois nouveaux sites du département mettent à disposition les véhicules. À terme, nous aurons neufs stations réparties sur tout le territoire de l’Orne", explique, auprès de L’Automobile & L’Entreprise, Dominique Cortes, directeur des services patrimoine et éducation, chargé du parc automobile départemental.

Si le dispositif Autofree 61 a pu être déployé ailleurs qu’à Alençon, c’est en raison de la croissance rapide de la flotte de véhicules électriques utilisée par le département. "Les élus nous avaient fixé comme objectif d’avoir, d’ici fin 2018, 30% de véhicules électriques dans la flotte du Conseil départemental, qui est composée de 230 véhicules, développe Dominique Cortes. En l’espace de quelques mois, le parc est donc passé de six modèles électriques à plus de 70. "Nous avons des Renault Zoe, des Renault Kangoo Z.E. et des Nissan eNV200", précise-t-il.

Souplesse d’utilisation et coûts maîtrisés

Côté utilisateurs, le service proposé se veut simple d’accès. Les conducteurs intéressés doivent s’inscrire en ligne via le site clem.mobi, scanner leur permis de conduire et déposer un chèque de caution. Une fois l’inscription réalisée, ils peuvent prendre connaissance en temps réel de la liste des véhicules disponibles et effectuer leur réservation. À noter que les agents du département utilisent la même plateforme pour utiliser ces véhicules de fonction. Les fonctionnaires territoriaux étant prioritaires sur les autres conducteurs.

L’utilisation d’un véhicule électrique est bien sûr facturée aux automobilistes. Ceux-ci s’acquittent d’un montant forfaitaire de 4 euros par mois lorsqu’ils utilisent le système, auquel s’ajoute les frais de location. Les tarifs ont été fixé à 1 euro de l’heure et sont dégressifs en fonction de la durée d’utilisation. Ainsi, une journée de location revient à 12 euros. "Il n’y a pas de facturation au kilomètre parcouru. On ne facture que la recharge du véhicule, le coût de l’infrastructure étant supporté par nos propres services", précise Dominique Cortes.

Seule ombre au tableau, le succès du dispositif pourrait faire exploser le compteur kilométrique des véhicules proposés. Or, s’ils sont la propriété du Conseil départemental, leurs batteries sont louées auprès des constructeurs avec un kilométrage annuel à ne pas dépasser.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Collectivité locale, Autopartage, Collectivités, Transition énergétique

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER