L’État crée l’Agence de l’innovation pour les transports

Publié le par

Le Gouvernement vient d’annoncer la mise en place d’une structure dédiée à l’innovation dans les domaines des transports et de la mobilité. Opérationnelle dès cet été, elle a pour objectifs de « coordonner les actions de soutien à l’innovation entre les différents services du ministère des Transports, les laboratoires d’innovation des grands opérateurs publics et privés du secteur des transports français et les initiatives issues des territoires »

(image d'illustration © Andrzej Otrębski - Wikimedia - CC)
(image d'illustration © Andrzej Otrębski - Wikimedia - CC)

Le secteur des transports est en perpétuel mouvement. En constante évolution. Cela se vérifie par exemple avec l’émergence, ces dernières années, de nouveaux moyens de transport comme les engins de déplacements personnels motorisés (trottinettes électriques, hoverboard, gyroroue, gyropodes, ...), le retour en force des modes doux (vélos et dérivés, marche, etc.) mais aussi les nouvelles attentes des voyageurs en matière, par exemple, d’information en temps réel, de connectivité, de services numériques (billettique sur smartphone, “pay as you go”, etc.).

Transporteurs historiques, opérateurs de mobilité, constructeurs et territoires répondent déjà à leur échelle et à leur mesure à ces nouveaux besoins mais se heurtent trop souvent « à de nombreux freins », reconnaît-on du côté du ministère de la Transition écologique et solidaire, également en charge des Transports. La faute à « une réglementation encore trop lourde, la complexité des procédures administratives, une méconnaissance des dispositifs de financement existants, l’inadaptation de ces derniers, ou encore aux difficultés d’accès aux territoires d’expérimentation ».

Une nouvelle structure, de nouveaux objectifs

« Transition écologique et énergétique, révolution numérique, besoin de résilience accrue face aux crises : le secteur des transports fait aujourd’hui face à des défis historiques. [...] L’innovation peut - et doit - être la réponse. Elle doit nous permettre de réinventer nos manières de nous déplacer, ainsi que les technologies et modèles économiques sous-jacents », indique Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué chargé des Transports. Pour tenter d’accélérer les choses en la matière, ses services viennent d’annoncer la création d’une Agence de l’innovation pour les transports.

Associant la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM) et la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), cette nouvelle agence « renforcera les liens entre les services du ministère des Transports et les acteurs de l’innovation : instituts de recherche, startups, incubateurs, grands groupes, industriels, PME et ETI, financeurs de l’innovation. Elle coordonnera les actions de soutien à l’innovation entre les services du ministère, participera à l’identification, la modélisation et le référencement d’innovations et accompagnera leur passage à l’échelle dans les territoires », est-il précisé dans un communiqué.

Opérationnelle dès cet été, l’Agence de l’innovation pour les transports (AIT) « devra adopter une approche nouvelle qui dépasse les distinctions traditionnelles entre modes de transport et associe pleinement les secteurs de l’énergie (et notamment de l’hydrogène) et du numérique (en particulier sur les questions de cybersécurité et de “fintech”). Une approche d’innovation ouverte, fondée sur des partenariats entre industriels, instituts de recherche et de formation, écosystèmes de startups et PME, acteurs de la finance, opérateurs, territoires et puissance publique », a complété le ministre délégué.

Mots clefs associés à cet article : Mobilité durable, État, Gouvernement, Nouvelles technologies, Application, Ile-de-France Mobilités, Jean-Baptiste Djebbari, Ministère de la Transition écologique et solidaire

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter