L’ACEA liste les mauvais élèves de l’UE en nombre de points de recharge

Publié le par

Selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), il y a un grave manque de points de recharge électrique le long des réseaux routiers dans la plupart des États membres de l’UE. Pour preuve : dix pays ne disposent même pas d’un chargeur aux 100 kilomètres.

Selon les données de l'ACEA, 18 pays membres de l'UE compteraient moins de cinq points de recharge pour 100 kilomètres de route. © Webfleet
Selon les données de l'ACEA, 18 pays membres de l'UE compteraient moins de cinq points de recharge pour 100 kilomètres de route. © Webfleet

Alors que la Commission européenne espère voir les émissions de CO2 des voitures neuves s’abaisser de 55 % par rapport aux niveaux de 2021 d’ici à 2030, la mobilité électrique au sein du Vieux Continent devrait prendre toujours plus d’ampleur d’année en année. Or, un frein à cet avenir branché subsiste puisque « les consommateurs ne pourront pas passer aux véhicules zéro émission s’il n’y a pas suffisamment de stations de recharge et de ravitaillement le long des routes où ils conduisent », rappelle le directeur général de l’ACEA, Eric-Mark Huitema.

Et ces craintes sont en effet motivées par des chiffres concrets, comme en témoignent ceux avancés par l’association. Selon ses données 18 pays membres de l’UE compteraient moins de cinq points de recharge pour 100 kilomètres de route, quand seulement quatre états posséderaient plus de dix bornes pour chaque 100 kilomètres de rues. Si un conducteur de VE doit ainsi parcourir plus d’une centaine de kilomètres pour faire le plein de son véhicule, pas étonnant, donc, qu’une dizaine de régions de la zone UE détiennent une part de marché des voitures électriques inférieure à 3 %.

Le Nord triomphe, l’Est au plus bas, la France décroche

Au tableau d’honneur, on retrouve sans trop de surprises des pays ayant pris conscience de l’urgence climatique depuis plusieurs décennies déjà comme les Pays-Bas (avec 47,5 pour 100 kilomètres), le Luxembourg (34,5) ou encore l’Allemagne (19,4). A contrario, les pays de l’Est se coiffent du bonnet d’âne avec la Grèce ou la Lituanie s’inscrivant au bas du classement avec 0,2 point de charge pour 100 kilomètres. Quand on compare avec les bons élèves de l’Europe – comptant aussi parmi les pays les plus riches –, le contraste est donc saisissant. En témoigne le cas de la Pologne, région huit fois plus grande que les Pays-Bas, mais qui ne comprend qu’une seule borne de recharge tous les 250 kilomètres…

JPEG - 54.1 ko

Les représentants des principaux marchés de l’UE que sont l’Espagne, l’Italie et la France font également grise mine. Nos voisins transalpins dénombrent ainsi 5,1 points de recharges pour 100 kilomètres tandis que l’Hexagone en recense 4,1 et l’Espagne 1,1. Absolument pas de quoi se vanter ! Alors, manque d’investissements financiers ou d’implication dans la lutte contre le réchauffement climatique ? Quoi qu’il en soit, « des progrès massifs dans le déploiement des infrastructures devront être réalisés dans toute l’UE dans un délai très court », martèle Eric-Mark Huitema. Pour qui « les progrès réalisés dans quelques pays d’Europe occidentale sont encourageants mais ne devraient pas nous détourner de l’état désastreux du réseau de recharge dans d’autres pays de l’UE. »

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Borne de recharge, Marché Europe, ACEA

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter