L’ACEA demande à Euro NCAP de revoir ses délais

Publié le par

Fin avril, l’Association des constructeurs européens d’automobiles a publié une lettre ouverte dans laquelle elle enjoint l’organisme Euro NCAP de décaler l’application de ses nouveaux protocoles de notation, attendus pour 2022.

La crise sanitaire risque d’entraîner un report des tests d'homologation et de certification des nouveaux modèles, dont l’introduction sur le marché devra se faire plus tardivement que prévu. (© Euro NCAP)
La crise sanitaire risque d’entraîner un report des tests d'homologation et de certification des nouveaux modèles, dont l’introduction sur le marché devra se faire plus tardivement que prévu. (© Euro NCAP)

La crise du Covid-19 a chamboulé le calendrier de lancement des véhicules, ainsi que le planning de production des constructeurs ; usines, salariés mais aussi prestataires équipementiers ou autres voyant leur activité mise à l’arrêt par le confinement. Comme l’ensemble de la chaîne de fabrication automobile s’avère touchée par un chômage partiel ou total, mais clairement massif, les marques se trouvent dans l’impossibilité de tenir les échéances techniques imposées par les normes Euro NCAP. Par conséquent l’ACEA appelle la principale autorité d’homologation à faire preuve de souplesse en repoussant la date butoir de ses exigences d’ici à deux ans. Voilà en substance le contenu d’une missive rédigée par l’organisme et adressée à Michiel van Ratingen, secrétaire général du Programme européen d’évaluation des nouveaux véhicules, Euro NCAP.

  • Lettre de l’ACEA à Euro NCAP :
    PDF - 118.8 ko

Un délai de deux ans pour l’introduction des protocoles 2022

Mettant en avant les nombreux défis que la filière automobile s’apprête à devoir relever pour relancer son économie, notamment la distanciation sociale et la politique de travail à domicile qui entravent la R&D et l’utilisation efficace des ressources, l’ACEA invoque des retards dans les lancements de produits pour justifier sa requête. « À ce jour, il y a une perte de production de plus de 2 millions de véhicules en Europe en 2020 et aucune amélioration immédiate en vue », souligne l’association représentant les constructeurs. Cette situation critique touche l’entièreté de la chaîne d’approvisionnement automobile. Elle risque d’entraîner un report des tests d’homologation et de certification des nouveaux modèles, dont l’introduction sur le marché devra se faire plus tardivement que prévu.

Par conséquent, et puisque l’ACEA s’attend « à ce que les modèles existants restent en vente plus longtemps », l’organisme « demande à Euro NCAP un délai de deux ans pour l’introduction des protocoles 2022 ». Assurant l’attachement de l’industrie automobile à la sécurité routière, l’Association des constructeurs européens d’automobiles rappelle également l’urgence « de chercher une solution pour les notes Euro NCAP qui expireront pendant cette période » de transition et exhorte donc le Programme européen d’évaluation des nouveaux véhicules à ajuster ses obligations en termes d’équipements sécuritaires types Adas, détection des piétons ou freinage d’urgence.

Une révision des engagements nécessaire afin de pouvoir « poursuivre notre dialogue proactif », fait valoir l’ACEA. Pour le moment, le courrier de cette dernière n’a pas reçu de réponse de la part d’Euro NCAP, dont les étoiles décernées pourraient être de plus en plus difficiles à décrocher.

Mots clefs associés à cet article : Marché France, EuroNCAP, ACEA, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter