Klaxit part à la conquête de dix nouvelles villes

Publié le par

La start-up Klaxit, spécialisée dans le covoiturage domicile-travail, compte s’implanter dans une dizaine de nouvelles agglomérations d’ici à six mois, dont Rouen, Angers, Metz et Monaco.

Pour que son réseau de covoiturage soit efficace, Klaxit étend son maillage. (© DR/capture écran Klaxit)
Pour que son réseau de covoiturage soit efficace, Klaxit étend son maillage. (© DR/capture écran Klaxit)

Depuis sa création, en 2012, la société fondée par Julien Honnart et Cyrille Courtière a fait du chemin. Comptant 300 clients, dont 50 % du CAC 40, et après avoir racheté la filiale de covoiturage de la SNCF, iDVroom, l’an dernier, Klaxit se lance aujourd’hui dans une nouvelle aventure expansionniste.

Œuvrant pour la mobilité partagée des trajets professionnels, l’opérateur de service travaille déjà avec 30 collectivités locales partenaires. Mais pour que son réseau de covoiturage soit efficace, il faut que celui-ci s’étende toujours plus. C’est pourquoi «  nous nous lançons dans dix nouvelles villes, dont Rouen, Angers, Metz et Monaco », a fait savoir Julien Honnart dans une interview accordée au magazine Challenges. Un objectif qui, malgré le confinement ayant « décalé notre implantation dans certaines villes et entreprises », devrait être atteint dans six mois.

Un modèle robuste

Si la crise du Covid-19 n’a fait que perturber mais sans mettre à mal les ambitions de Klaxit, c’est parce que l’entreprise s’inscrit comme un acteur essentiel dans le contexte économique et sanitaire actuel. « La loi d’orientation des mobilités (LOM) a pérennisé notre modèle et consacré le covoiturage courte distance comme nouveau transport en commun, a précisé Julien Honnart. Elle a donné la possibilité aux collectivités de le subventionner [et] a aussi créé le forfait mobilités durables, qui permet aux employeurs de rembourser les frais de transport domicile-travail de leurs salariés, y compris en covoiturage, jusqu’à 400 euros par an, exonérés de charges sociales. » Et de souligner la bonne rentrée effectuée par Klaxit.

Forte de ces avantages financiers, en plus d’une garantie retour avec la Maif prenant en charge le passager si le conducteur annule, la société affirme que son « chiffre d’affaires triplera, à 3 millions d’euros » et vise même la rentabilité en 2021. Sans oublier l’espoir de voir baisser la pollution et le nombre de bouchons dans les dix nouvelles villes où Klaxit souhaite établir son activité.

Mots clefs associés à cet article : Covoiturage, Entreprises, Klaxit, Loi d’orientation des mobilités (LOM), Trajets domicile-travail, Forfait mobilité durable

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER