Kangoo Be Bop : fun mais à l’utilité douteuse

Publié le par

À première vue, on ne comprend pas vraiment l’intérêt de ce Kangoo raboté. Pratiquement pas de coffre (174 dm3), seulement quatre places, un look pour le moins décalé tout droit sorti de l’univers de la BD et des couleurs flirtant avec le mauvais goût. Tous les ingrédients semblent réunis pour faire de ce Be Bop un véhicule sans avenir. Mais, en se creusant les méninges et en s’abreuvant de la prose dithyrambique du dossier de presse, les intentions du constructeur deviennent plus claires. « Renault Kangoo Be Bop s’adresse à une clientèle désirant s’affranchir des codes habituels de l’automobile, à la recherche d’un véhicule exprimant l’optimisme et la joie de vivre » nous assure-t-on. Une niche pour le moins étroite qui, en cette période de crise, ne devrait guère croître.

Riche en équipements

JPEG - 14.2 ko
Le Kangoo Be Bop s’adresse donc à une clientèle que l’on qualifiera de bobo, à la recherche d’originalité au détriment de tout aspect pratique ou même esthétique. Une clientèle plutôt aisée, qui serait prête à débourser 16 990 euros pour la version essence 1.6 l de 105 ch, ou 17 800 euros pour la motorisation Diesel 1.5 l dCi de même puissance. Ce prix de base plutôt élevé s’explique par la richesse des équipements de série : peinture bicolore métallisée ou nacrée vernie, jantes en alliage de 16”, toit vitré coulissant à l’arrière, toits panoramiques (deux toits avant à entrebâillement, un toit central fixe en verre)… Pour faire simple, il y en a tellement qu’on ne recense guère plus de sept options et un seul niveau de finition.

Lumineux, fun et après ?

JPEG - 17.8 ko
Mais pour quel usage a-t-il été conçu ? Renault place son petit Kangoo sur le même plan que les meilleures citadines. Long de 3,87 m et disposant d’un diamètre de braquage de 9,65 m, il présente effectivement des caractéristiques de véhicule urbain, un créneau où la concurrence n’a jamais été aussi forte. Est-il taillé pour la route ? Son faible volume de coffre ne plaide pas dans ce sens… En résumé, le Be Bop est un véhicule lumineux, fun et bien équipé mais guère utile. Un jugement sévère mais lucide. Renault peut-il se permettre d’essuyer un nouvel échec, à l’heure où ses comptes virent au rouge ? Certainement pas. On suppose donc que le constructeur a su mesurer les risques d’un tel lancement ou, tout du moins, on l’espère…

Mots clefs associés à cet article : Renault, Minispace

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter