Ivan Segal (Renault) : « La baisse du bonus pour les entreprises provoque une chute inquiétante des commandes »

Publié le par

Ivan Segal, directeur du commerce France du groupe Renault, a confirmé à nos confrères d’Auto Infos le ressenti des équipes sur le terrain. Et si, dans le secteur B to B, la baisse des commandes de véhicules électrifiés s’avère importante en janvier et février, c’est en raison de la division par deux des subventions de faveur de l’électrique par le gouvernement.

Ivan Segal, directeur du commerce France du groupe Renault. © Renault
Ivan Segal, directeur du commerce France du groupe Renault. © Renault

Malgré les avertissements de la filière automobile et du CNPA en particulier, le gouvernement a décidé de réduire le bonus sur les véhicules électriques de moitié en 2020 pour le porter à 3 000 euros. Les hybrides rechargeables étant, eux, exclus du dispositif. Ce mauvais signal envoyé aux entreprises, dans une période clé pour la montée en charge nécessaire des véhicules électrifiés en raison de la mise en place de la réglementation européenne CAFE de réduction des émissions de CO2, a déjà un impact négatif sur les premières commandes enregistrées dans le B to B en 2020.

Baisse des commandes dans l’électrique pour le B to B

Ivan Segal confirme ce ralentissement et s’en inquiète. « Le niveau de prises de commandes que nous enregistrons sur les véhicules de moins de 50 g de CO2/km, avec la baisse de subvention de 6 000 à 3 000 euros pour les professionnels, est très inquiétant, tant en janvier qu’en février. La diminution par deux de cette subvention fait en sorte que pour une entreprise, l’écart avec le thermique au niveau du TCO l’encourage à acheter des véhicules thermiques et non des véhicules électriques  ».

Et d’ajouter : « C’est très inquiétant pour l’ensemble du marché pour tenir la réglementation CAFE en 2020. Le calcul du TCO est défavorable à l’électrique avec une aide de 3 000 euros. La mesure du gouvernement n’est pas favorable à l’électrique, ce qui provoque un trou dans les commandes au pire moment alors que ce n’est pas le cas dans les autres pays européens ».

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Bonus-malus, Groupe Renault

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter