[Infographie] - Segment A : les minicitadines n’ont pas dit leur dernier mot !

Publié le par

—>> Pour plus de lisibilité, passer la souris sur l’infographie et choisir le mode "plein écran", en haut, à droite de l’image.

Le Segment :

Plusieurs points permettent d’expliquer l’appétence des automobilistes pour les véhicules du segment A. Le principal argument tient dans les dimensions contenues de ces modèles – entre 3,40 et 3,70 m –, gages d’un encombrement minimal dans des centres-ville de plus en plus congestionnés et hostiles à l’objet automobile. En outre, les minicitadines constituent souvent le produit d’appel des constructeurs automobiles. Leurs tarifs démarrent donc plutôt bas ; généralement sous la barre psychologique des 10 000 euros. De fait, ce segment est particulièrement fourni en véhicules : pas moins de 22 modèles sont représentés dans notre infographie.

Cependant, une ombre plane sur ces véhicules. Les nouvelles normes environnementales menacent les minicitadines car le développement des motorisations spécifiques et adaptées à ce segment représente un coût non négligeable pour les constructeurs. Ainsi, le segment A pourrait disparaître dans les années à venir… sauf si les marques se décident à convertir leurs véhicules à l’électricité avec de petits moteurs, de petites batteries, donc une autonomie réduite.

Le podium :

JPEG - 3.4 Mo
Sans grande surprise, une nouvelle fois, la Renault Twingo III récolte le titre de minicitadine la plus vendue en France. Depuis le début de l’année, 50 942 exemplaires de la petite puce de Billancourt ont été immatriculés dans l’Hexagone, dont près de 20 % en flottes (9 894 unités).

Avec deux fois moins de ventes, le deuxième modèle le plus écoulé en France est une autre icône de l’histoire automobile : la Fiat 500. Apparu en 2007 et modernisé en 2015, le « pot de yaourt » néo-rétro s’est écoulé à 22 057 exemplaires… mais voit ses ventes chuter de 13,52 % par rapport à l’année précédente. Un constat inverse dans les parcs puisque 5 830 Fiat 500 ont été immatriculées en flottes en 2019 contre 4 519 en 2018. Soit une progression de 29 %.

Sur la troisième marche du podium s’installe la Peugeot 108. La plus petite des Lionnes voit ses ventes progresser de 13,9 % entre 2018 et 2019 pour atteindre 21 726 unités. À noter que la part des ventes flottes du modèle ne représente que 8,68 %. Jumelle technique de la Peugeot 108, la Citroën C1 séduit toujours les Français avec 16 999 ventes sur l’année. Un volume stable par rapport à 2018. À noter que la Toyota Aygo, sœur des deux modèles précités, conserve la sixième place de notre classement avec 15 394 ventes, dont 1 045 comptabilisées en flottes.

Les outsiders

Entre les six modèles constituant le haut de notre classement et les autres véhicules présents sur le segment existe une vraie marche en termes de volumes de vente. Ainsi, celles-ci ne se comptent plus en dizaines de milliers mais simplement en milliers. Notons cependant la présence de modèles parfois qualifiés d’atypiques tant il est peu fréquent de les croiser sur les routes comme… l’Opel Karl. Remplaçante de l’Agila, cette minicitadine a vu ses ventes bondir de 72 % en un an ! Avec 5 401 véhicules vendus contre 3 139 l’an passé, ce modèle s’installe désormais à la dixième place de notre palmarès. La Mitsubishi SpaceStar conserve, elle, sa quinzième place avec 3 076 unités commercialisées au cours de l’année. Soit une progression de 60,5 % par rapport à 2018. Ses ventes flottes bondissant même de 123,33 % !

Cela peut surprendre, mais les ventes du Suzuki Jimny, le petit 4 x 4 rustique du constructeur japonais, sont bien comptabilisées dans celles du segment A en raison de son gabarit. Et ce véhicule original semble avoir trouvé son public en France. Suzuki en a ainsi immatriculé 1 824 exemplaires, dont 228 en flottes, depuis le début de l’année. Soit une hausse des ventes de 428,70 % ! Outre ces modèles aux performances particulières, les rangs 7 à 20 sont constitués des productions coréennes Hyundai i10 et Kia Picanto, des Smart Fortwo et Forfour, de la triplette Volkswagen up !-Skoda Citigo-Seat Mii, des Suzuki Ignis et Celerio, ainsi que des électriques et thermiques de chez PSA en fin de vie : Opel Karl et Adam, Peugeot iOn et Citroën C-Zero.

Les nouveautés

Le segment A ne connaîtra pas de grands bouleversements en 2020. Signalons l’arrivée d’une nouvelle génération de Hyundai i10, au design plus affirmé, et le restylage profond de la Mistubishi SpaceStar. Les principales évolutions dans la catégorie concernent la coûteuse électrification de ces véhicules d’entrée de gamme. Ainsi, les Smart Fortwo et Forfour ne sont désormais plus disponibles en versions thermiques. Rebaptisées Smart EQ Fortwo et Smart EQ Forfour, elles carburent à l’électricité avec un bloc de 81 chevaux. Même constat chez le groupe Volkswagen avec la transformation mécanique des Volkswagen up !, Skoda Citigo et Seat Mii, en e-up !, Citigo-e iV et Mii Electric. Ces deux derniers modèles étant, au passage, les véhicules électriques les plus abordables du marché.

Mots clefs associés à cet article : Segment A, Marché Flottes, Marché France, minicitadine

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER