Hertz contraint à une coupe franche de sa flotte de véhicules

Publié le par

Placé sous le « Chapter Eleven », Hertz Global Holdings a publié de mauvais résultats au titre du deuxième trimestre de 2020, avec un chiffre d’affaires en repli de 67 % et des pertes de l’ordre de 716 millions d’euros. Le groupe a commencé à tailler dans sa flotte et devrait poursuivre cet effort d’ici à la fin de l’année.

Hertz, en pleine tourmente, se voit contraint de tailler drastiquement dans son parc. (© DR/Hertz)
Hertz, en pleine tourmente, se voit contraint de tailler drastiquement dans son parc. (© DR/Hertz)

Le groupe Hertz Global Holdings est chancelant, et sa mise sous protection de la loi des faillites américaine ne l’exonère naturellement pas d’un sévère plan de restructuration. Le 10 août 2020, le groupe a présenté les résultats de son deuxième trimestre, mauvais comme cela était attendu. Le chiffre d’affaires dévisse de 67 % pour s’établir à 704 millions d’euros, largement pénalisé par l’effondrement des locations dans les aéroports. Les pertes s’élèvent à 716 millions d’euros, et l’Ebitda est négatif (– 496 millions d’euros). Le document financier laisse aussi apparaître que le taux d’utilisation des véhicules a été de 28 % aux États-Unis et de 36 % à l’international.

Une flotte réduite de plus de 35 %

Sous la pression des échéances des créanciers, Hertz a dû entamer une réduction drastique de sa flotte. Bloomberg évoque un programme portant sur plus de 182 000 véhicules sur cinq mois. En volume, la flotte serait réduite de plus de 35 % pour atterrir à quelque 310 000 unités au début de 2021.

« Au deuxième trimestre, comme de nombreux groupes ayant vu leur chiffre d’affaires baisser significativement sous l’effet de la pandémie sur les voyages d’affaires et de tourisme, nous avons dû prendre des décisions difficiles mais nécessaires pour renforcer la position du groupe pour les années à venir » commente Paul Stone, président-directeur général de Hertz. Et d’ajouter : « Ces décisions difficiles ont eu un impact sur nos collaborateurs, notamment dans le cadre de notre réorganisation volontaire sous le Chapter Eleven en Amérique du Nord. »

Au cumul du premier semestre 2020, le chiffre d’affaires est de 2,32 milliards d’euros contre 3,9 milliards sur la même période de référence de 2019. Le groupe déplore une perte de plus de 1 milliard d’euros, et l’Ebitda s’affiche à – 702 millions d’euros.

Réorganisation du top management de la direction financière du groupe

Dans ce contexte particulièrement tendu, quatre jours après la publication de ces résultats, Hertz a annoncé que son directeur financier, Jamere Jackson, avait démissionné (départ effectif le 11 septembre 2020, afin d’assurer la transition). Il a été remplacé avec effet immédiat par R. Eric Esper, également nommé vice-président exécutif des finances. Kenny K. Cheung est lui aussi nommé au poste de vice-président exécutif des finances, ainsi qu’à celui de directeur financier opérationnel et responsable de la restructuration. Tous deux rendront compte à Paul Stone et à Scott Massengill, trésorier général.

JPEG - 1.3 Mo
Le groupe Hertz affiche des pertes colossales (plus d’un milliard d’euros) à l’issue du premier semestre 2020.

Mots clefs associés à cet article : Hertz, LCD, Véhicule d’occasion (VO), Économie, Aéroport, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter