Grenoble Alpes Métropole soutient la pratique du rétrofit

Publié le par

Pour la première fois en France, une collectivité locale s’engage à aider financièrement les automobilistes qui transforment leur véhicule thermique en un véhicule électrique, même si cette pratique, appelée "rétrofit", n’est pas encore officiellement autorisée.

Des véhicules thermiques pourront bientôt devenir des véhicules électriques. (© Seat)
Des véhicules thermiques pourront bientôt devenir des véhicules électriques. (© Seat)

Grenoble Alpes Métropole en avance sur son temps. Les élus de l’agglomération grenobloise ont décidé de subventionner la conversion des véhicules thermiques en véhicules électriques - une pratique appelée "rétrofit" - fait savoir l’association des Acteurs de l’industrie du rétrofit électrique (AIRe) qui œuvre et milite pour une telle transformation du parc roulant.

La métropole grenobloise entend ainsi aider les habitants ainsi que les entreprises de son territoire se lançant dans un tel projet. Le montant de la subvention accordée varie selon le public concerné (particulier ou professionnel) et le type de véhicule modifié (VP ou VUL).

Ainsi, les particuliers peuvent bénéficier jusqu’à 7 200 euros d’aide tandis que les entreprises convertissant un VUL de moins de 2,5 tonnes ont droit à 4 000 euros. Celles changeant le moteur d’un VUL de plus de 2,5 tonnes peuvent prétendre à 6 000 euros d’aide.

Soutenir et développer une filière

« Le soutien de Grenoble Alpes Métropole, qui a toujours été un territoire précurseur et actif en matière de protection de la qualité de l’air est une importante référence. Après des mois de travail pour obtenir l’homologation et à quelques jours de la parution du projet d’arrêté rétrofit au Journal officiel, les membres de l’association AIRe vont pouvoir mieux développer la filière dans des régions et villes partenaires », fait savoir Arnaud Pigounides, co-président de l’association des Acteurs de l’industrie du rétrofit électrique (AIRe).

Pour rappel, la modification d’un véhicule thermique en véhicule électrique n’est pour l’heure pas autorisé. Cette situation devrait évoluer dans les prochaines semaines afin de rendre la pratique du rétrofit légale. Dès la parution du décret rétrofit au Journal officiel, les détenteurs de véhicules essence ou diesel de plus de cinq ans seront autorisés à changer de motorisation pour que ces derniers deviennent des véhicules zéro émission.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Véhicule thermique, Rétrofit

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter