GM abandonne l’auto-partage

Publié le par

Si elle déstabilise toute l’économie, la crise sanitaire du coronavirus sonne aussi brutalement le glas de nombreuses activités non rentables. GM vient ainsi d’annoncer qu’il fermait Maven, son service d’auto-partage lancé il y a quatre ans.

GM met un terme à son service d'auto-partage Maven. (© GM Maven)
GM met un terme à son service d'auto-partage Maven. (© GM Maven)

Du fait de l’amplification de la crise sanitaire du Covid-19 aux États-Unis et des mesures de confinement prises dans certains États, Maven, le service d’auto-partage de GM, était à l’arrêt depuis un mois. Un mois qui devient un coup de grâce. « Nous avons profité de la période de suspension pour examiner cette activité et les défis existant dans le secteur. Nous sommes parvenus à la conclusion que c’était le moment opportun pour transférer les ressources, les capacités et la technologie de Maven aux autres activités de GM susceptibles de croître et d’être rentables », explique un porte-parole de GM dans un échange avec l’AFP. « Susceptibles de croître et d’être rentables », la formule jésuite est assassine dans la mesure où elle pointe un service déficitaire depuis l’origine.

Modèle d’avenir ou bulle ?

L’abandon de Maven intervient après que BMW et Daimler ont renoncé à leur offre d’auto-partage « Share now », fruit du rapprochement entre Car2Go et DriveNow, en Amérique du Nord. On peut aussi citer la réduction de voilure décidée chez Zipcar. En clair, tous ces services souffrent de la concurrence de Lift et Uber, des plates-formes de VTC qui n’ont pourtant toujours pas trouvé l’équilibre financier. Or la crise sanitaire, ainsi que les mesures de confinement et de distanciation sociale (ces dernières étant appelées à durer plusieurs mois encore), soulèvent de réelles interrogations sur les comportements futurs des clients et sur la pérennité même d’un modèle où aucun opérateur n’a trouvé la clé économique.

JPEG - 339 ko
Un véhicule de la flotte Maven en exploitation au Texas.

Mots clefs associés à cet article : General Motors, Autopartage, Electromobilité, Économie, Nouvelles mobilités

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter