Fiat Bravo, un nouveau bloc moteur

Publié le par

Dotée du seul 1.9 l Multijet en version 90, 120 ou 150 ch, la Fiat Bravo a connu une première année d’existence exceptionnelle avec 97 000 unités écoulées en Europe. Mais pour rivaliser durablement avec les leaders du segment (Peugeot 308, Renault Mégane, Volkswagen Golf…), la Bravo n’avait pas, jusqu’à présent, les armes nécessaires, surtout à l’heure où la pratique du “downsizing”, à savoir l’adoption d’un turbocompresseur de nouvelle génération accouplé à un moteur de petite cylindrée, se généralise. Fiat a rectifié le tir en ce début d’année avec son tout nouveau 1.6 l Multijet, qui bénéficie notamment du filtre à particules de série. Ce moteur se caractérise par son couple de 290 Nm dès 1 500 tr/min, terriblement efficace et inédit sur ce segment. Disponible en version 90, 105 ou 120 ch, ce bloc affiche une sobriété dans l’air du temps. La déclinaison 90 ch n’émet que 115 g de CO2/km avec une consommation mixte de 4,3 l/100km. Ce moteur permet à la Bravo d’atteindre 173 km/h et de passer de 0 à 100 km/h en 12,8 secondes.

Vient ensuite la version 105 ch, celle de notre essai. Avec 119 g de CO2/km, elle permet également de bénéficier du bonus écologique de 700 euros. Mais notre choix portera plutôt sur le 120 ch, qui répond d’ores et déjà à la norme Euro 5 et n’émet que 120 g de CO2/km grâce à une transmission robotisée à six rapports, baptisée Dualogic. Cette version atteint 195 km/h et le 0 à 100 km/h en 10,5 secondes. Fiat propose sinon une version 120 ch classique, dont les émissions de CO2 atteignent 129 g. Moins chère de 800 euros à niveau de finition équivalent, elle consomme 0,3 l/100 km en plus... (4,9 l contre 4,6 l pour la version Dualogic). Cette nouvelle Bravo est proposée à partir de 19 100 euros pour la version 90 ch, et atteint respectivement 19 800 et 21 850 euros en version 105 ch et 120 ch Dualogic.

Mots clefs associés à cet article : Fiat

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter