FCA + PSA = Stellantis

Publié le par

Alors que le projet de fusion entre les groupes PSA et Fiat Chrysler Automobiles suit son cours, les deux parties viennent d’annoncer la dénomination sociale qu’adoptera leur nouvelle entité : Stellantis.

© Groupe PSA Direction de la communication
© Groupe PSA Direction de la communication

Rien qu’avec son étymologie, le quatrième plus grand leader mondial de la mobilité que compte engendrer le rapprochement entre les deux constructeurs affiche ses ambitions. Issu du verbe latin « stello », qui signifie « briller d’étoiles », Stellantis – ce sera son nom – entend ainsi préfigurer l’alignement prometteur de deux marques automobiles de poids que sont Fiat Chrysler Automobiles et le groupe PSA. Une appellation aux racines latines du nom qui, en plus de se projeter au firmament de l’industrie automobile, compte rendre hommage à l’histoire de son tandem d’entreprises fondatrices.

Objectif : viser la lune

Comme le souligne PSA et FCA dans un communiqué commun, « le processus de création du nouveau nom Stellantis a débuté peu de temps après l’annonce de l’accord de fusion, avec le support du Groupe Publicis ». Le duo de constructeurs confirme également que le top management des deux sociétés a été étroitement associé au choix de la nomination visant à désigner le « bébé » naît de cette union. La raison sociale Stellantis sera, elle, utilisée « exclusivement au niveau du groupe, en tant que marque Corporate ». Prochaine étape : trouver un logo définitif pour incarner l’identité visuelle de la marque conjointe. Toutefois, « les noms et logos des marques existantes (PSA et FCA) resteront inchangés », indiquent les principaux intéressés.

Quant à la finalisation du projet de fusion à 50/50 entamé en octobre 2019, elle devrait avoir lieu au premier trimestre 2021, « sous réserve des conditions de clôture habituelles » note cependant le communiqué paru le mercredi 15 juillet. Car, après la validation de Bruxelles, il faut encore que ce mariage obtienne la bénédiction des actionnaires des deux sociétés lors de leurs assemblées générales extraordinaires respectives. De même, cette alliance devra satisfaire les « exigences réglementaires des organismes concernés dont les autorités de la concurrence » pour être finalement approuvée. Un prérequis qui semble néanmoins en bonne voie d’être acté.

Mots clefs associés à cet article : Marché d’État, PSA, FCA - Fiat Chrysler Automobiles

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter