Étude exclusive : quel avenir pour les flottes automobiles ?

Publié le par

[Infographie] Pour la première fois, L’Automobile & L’Entreprise vous présente une étude exclusive sur l’avenir des flottes automobiles, en partenariat avec Hyundai Entreprises. Alors que 80 % des sociétés sont engagées dans une démarche écologique, les flottes amorcent le virage des mobilités propres. Toutefois des disparités existent, et les nouvelles réglementations en vigueur demeurent méconnues. Analyse…

Le chemin est encore long avant de voir se démocratiser des flottes pleinement respectueuses de leur environnement.
Le chemin est encore long avant de voir se démocratiser des flottes pleinement respectueuses de leur environnement.

Face aux évolutions sociétales, la gestion de flotte s’inscrit naturellement dans le cadre des nouvelles énergies et mobilités. Lors du choix des véhicules, la performance écologique devient ainsi le deuxième critère de référence des gestionnaires (43 %), juste derrière la dimension « prix  » (69 %). Une seconde position encourageante mais encore insuffisante pour répondre aux objectifs pris par le Gouvernement, notamment en termes de réduction des émissions de CO2.

Ce résultat cache toutefois des disparités. Si les flottes de plus 100 véhicules ont déjà bien amorcé ce virage écologique avec un taux de véhicules propres plus important, le mouvement reste fébrile du côté des flottes de petite taille. Une situation qui évoluerait avec la norme WLTP et son impact sur le malus écologique. Bien que 61 % des répondants déclarent ne pas en connaître les enjeux, 72 % envisagent de recourir à davantage de véhicules propres à la suite de son entrée en vigueur, le 1er septembre 2018 . Pour les sondés au fait du nouveau protocole, l’échéance visée se situe dans l’année, à moyen terme.

L’électrique et l’hybride en pole position

Sans surprise, les flottes automobiles sont encore majoritairement composées de véhicules diesel. Une proportion qui devrait rester stable ou diminuer, respectivement pour 45 % des entreprises. Cette tendance devrait confirmer les parts de marché des nouvelles énergies comme l’électrique ou l’hybride, déjà présentes dans un tiers des flottes, alors que le GNV et l’hydrogène ne représentent qu’une part marginale des voitures à disposition des salariés. Plusieurs freins subsistent cependant : l’autonomie, le prix et le manque d’infrastructures de recharge demeurent des obstacles évidents à l’achat de ces véhicules.

Plus d’accompagnement pédagogique et financier

Enfin, il ressort de notre étude un besoin de rassurer sur les atouts et les capacités des véhicules propres ainsi qu’une nécessité d’accompagnement sur les évolutions législatives et fiscales à venir, qui laissent encore bon nombre de gestionnaires et de décideurs perplexes. Avec 38 % des répondants qui n’intègrent aucune énergie propre dans leur parc automobile, le chemin est encore long avant de voir se démocratiser des flottes pleinement respectueuses de leur environnement. Pour les pousser en ce sens, la moitié des gestionnaires considère les aides financières gouvernementales et l’alourdissement de la fiscalité sur les carburants comme des leviers efficaces.

Avec plus de pédagogie et d’incitations, on peut penser que les flottes renouvelleront progressivement leur parc en se tournant vers plus de véhicules propres. La gestion de la flotte automobile s’alignera ainsi progressivement sur la politique générale de protection de l’environnement soutenue par le Gouvernement et commune à bon nombre d’entreprises.

Retrouvez plus de résultats issus de notre étude dans le n° 239 de L’Automobile & L’Entreprise

Mots clefs associés à cet article : Hyundai, Flotte, Marché Flottes

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER