Essai - Ford Kuga FHEV : résultats convaincants

Publié le par

Avec cette nouvelle proposition full-hybrid, le Kuga devient le véhicule le plus électrifié chez Ford. Et pour se différencier davantage, le modèle sera proposé en E85 d’ici à la fin de l’année.

©Ford
©Ford

100 % identique au Ford Kuga hybride rechargeable, le Kuga FHEV ne se distingue que par sa batterie de plus petite taille. Logique puisque le modèle n’est destiné qu’à parcourir 2 à 3 kilomètres en tout électrique. Techniquement, Il est équipé d’un moteur électrique de 125 ch alimenté par une batterie de 1,1 kWh et couplé à un 2.5 atmosphérique de 152 ch. Concrètement, à l’usage, le véhicule démarre automatiquement en 100 % électrique, puis ensuite le thermique prend le relais dans la plus grande discrétion. Sa technologie, partagée avec Toyota comme pour les autres hybrides de la marque, lui permet cependant de recharger très rapidement grâce au freinage régénératif afin de bénéficier de ses bienfaits dans la majeure partie des situations.

Sur route

Dans le cadre de notre essai, nous avons ainsi pu rouler en tout électrique sur un peu plus d’un quart de nos trajets, mêlant urbain, péri-urbain et portions d’autoroute. La consommation, elle, s’établit autour de 5,1 – 5,5l / 100 km. Il va de soi que pour atteindre ces résultats, il s’agit d’avoir le pied plutôt léger. Mais tout est fait pour inciter le conducteur à être doux, puisqu’un système d’analyse aide à optimiser la recharge de la batterie. Cette version FHEV facilite aussi la chose puisqu’elle se débrouille plutôt bien avec des accélérations toniques et des reprises énergiques. Sans égaler les références du segment tant au niveau du dynamisme que du confort, le Kuga est convaincant et aussi rassurant, puisque les aides à la conduite sont nombreuses et très complètes bien que parfois un peu intrusives. Pour le reste, il n’y a pas de changement par rapport aux versions plus traditionnelles. Conclusion : il n’y a pas vraiment de bonnes raisons de ne pas adopter cette version du Ford Kuga, surtout qu’avec un prix d’entrée à 40 410 euros pour les professionnels, le SUV est plutôt bien placé.

Retrouvez notre essai complet dans le numéro de mai de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Ford, SUV, Véhicule hybride

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter