Essai - Ford Fiesta EcoBoost 155 mHEV 2021 : une Fiesta à la fête

Publié le par

Depuis plus de 40 ans, la citadine de Ford, la Fiesta, ne cesse de se réinventer. La preuve, cette 8e génération se plie aux contraintes écologiques de son époque, en adoptant un modeste 3 cylindres 1.0 turbo et en se convertissant, de surcroît, à l’hybridation légère mHEV. Vous craignez le pire ? Nous aussi, mais avec 155 ch à l’arrivée, cette graine de GTI est bien à la fête !

©Ford
©Ford

Corolaire direct d’une fiscalité automobile particulièrement féroce en France vis-à-vis des grosses cylindrées, et ce, depuis plus de 50 ans, les citadines dominent désormais outrageusement notre marché. Aujourd’hui, elles s’octroient 60 % de parts de marché, même s’il est vrai que, même sur ce juteux segment, les lignes bougent. La preuve, les SUV urbains de type Juke ou Captur viennent de plus en plus empiéter sur les platebandes des citadines traditionnelles. Une catégorie encore reine à laquelle appartient la petite Fiesta depuis 1976. Aujourd’hui, même si elle aussi doit composer avec un SUV de poche (le Puma), qui lui fait clairement ombrage, elle reste fidèle au poste sous les traits d’une 8ème génération, apparue voilà 2 ans.

À l’instar de la Renault Clio, qui domine outrageusement la catégorie, la Fiesta mise d’abord sur la polyvalence et n’est plus proposée en 3 portes. Malgré cette contrainte, elle parvient à rester dynamique à regarder (4m07), grâce à sa calandre large et basse, ses optiques effilées et sa ligne plongeante. Pour un peu, on dirait presque une petite sportive ! Une sensation renforcée en configuration ST-Line, première finition disponible avec ce moteur plutôt haut de gamme. Elle est ainsi dotée d’un écran tactile de 8 pouces (compatible Androïd Auto et Apple CarPlay), mais aussi de la clim, de capteurs de pluie et de lumière, mais sans oublier le look, sympa avec de belles jantes en alliage de 17 pouces, une suspension sport, un becquet de toit et des vitres sur-teintées. Mais pour bénéficier d’équipements désormais indispensables, comme le GPS ou l’accès « mains-libres », il faudra cocher l’option ST Line X, affichée à 1 000 € supplémentaires (23 750 €).

Mais peu importe la finition : dans tous les cas, cette Fiesta se donne les moyens d’offrir des performances en rapport avec son style sportif, à travers cette inédite version mHEV. Inédite, vraiment ? Pas tout à fait, car ce 3 cylindres 1.0 Ecoboost de 155 ch (qui enterre, de fait, la version de 140 ch), provient du petit frère Puma apparu début 2020, avec lequel il partage de nombreux éléments techniques, comme la plateforme. Pour concilier puissance et écologie, ce petit bloc reçoit l’apport d’une électrification partielle, n’imposant aucune contrainte particulière à l’usage. Un alterno-démarreur de 11,5 kW est relié à une petite batterie de de 48 V, qui récupère l’énergie dissipée lors des freinages, pour la réinjecter à chaque accélération. Une manière efficace d’épauler le moteur thermique durant ces phases énergivores, ce qui contribue à abaisser la consommation moyenne, et donc les rejets de CO2.

Et ça marche, cette Fiesta limite ses rejets de CO2 à seulement 116 g/km, ce qui la maintien à bonne distance de tout malus. Mais sa plus belle performance est d’avoir su, malgré cet exploit, préserver un vrai agrément de conduite. Bon, on n’est pas au niveau de la délurée ST, qui du haut de ses 200 ch fait autorité… mais qui se trouve du coup sanctionnée par un malus approchant les 1 000 € ! Avec cette Fiesta EcoBoost 155 mHEV, on est agréablement surpris dès les plus bas-régimes, un léger coup de boost électrique de 20 Nm venant en complément des 220 Nm dispensés par le 3 cylindres, apportant ainsi peps et souplesse dès le démarrage. Une manière astucieuse de gommer un étagement de boîte un peu long, ce bloc pétillant partant avec entrain à l’assaut du compte-tours, jusqu’à 6500 tr/mn (0 à 100 km/h en 8,9 sec) ! Et à l’instar des dernières Ford, la Fiesta offre un super « toucher de route », en mariant confort et dynamisme, les prises de roulis restant minimes. En revanche, on est bien loin à l’usage des 5,1 l/100 km annoncés par la fiche technique. Tablez plutôt sur 6,5 – 7 l/100 km au quotidien en roulant cool, et même près de 10 l/100 km en conduite sportive, ce qui fait beaucoup pour un petit 3 cylindres. Finalement, malgré cette hybride légère, cette Fiesta EcoBoost 155 mHEV a tout d’une petite GTI !

Mots clefs associés à cet article : Ford

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter