Essai - Cupra Formentor e-Hybrid : sportivité écoresponsable

Publié le par

Le SUV troque ici son moteur de 310 chevaux pour une technologie hybride rechargeable offrant une puissance maximale cumulée de 204 ou 245 chevaux, selon les versions.

©Cupra
©Cupra

Six mois après le lancement du premier Crossover sous le nouveau blason du groupe Vollswagen, Cupra, la jeune marque décline son modèle en une version qui allie sobrement sportivité et transition énergétique. Le premier hybride rechargeable de la gamme est disponible en trois finitions, dont une réservée aux professionnels, et deux motorisations (204 ou 245 chevaux au cumul). Les batteries, d’une capacité de 12,8 kWh, permettent au SUV sportif d’afficher une autonomie en mode « zéro émission » de 55 à 59 km. Une touche électrique bienvenue sur le modèle, qui en thermique pourra être victime d’un malus allant jusqu’à 10 500 euros. Ici, le niveau de CO2 tombe à 27-30 g/km pour la version Business, 33-35 g/km pour notre version d’essai VZ, et les entreprises pourront bénéficier des avantages fiscaux qui en découlent avec notamment un bonus de 1 000€ à l’achat jusqu’à la fin de l’année. Seul bémol à opter pour cette déclinaison PHEV : le coffre perd en capacité et tombe à seulement 345 litres de volume contre 420 litres pour ses frères thermiques.

Visée plus large

À l’extérieur comme à l’intérieur, le Cupra Formentor e-Hybrid affirme sa sportivité. Les lignes sont franches et agressives, l’assise est basse, les sièges baquets apportent maintien et confort. La planche de bord est moderne, accompagnée d’un grand écran tactile 12 pouces. On regrettera toutefois le tout « sensitif », avec des touches qui malheureusement ne sont pas éclairées à la nuit tombée. Sur route, le comportement est plus qu’honorable mais, si le système hybride est plutôt bien géré, n’espérez pas atteindre les consommations annoncées par la marque. Ces dernières s’établissent davantage autour de 2,5 et 3 litres / 100 km. Comptez même 8 litres / 100 km à batteries vides et jusqu’à 11 litres / 100 km avec la fonction de recharge qui utilise le moteur thermique. Le modèle est néanmoins digne d’intérêt et, malgré ses prix (un peu) élevés affirmant son caractère haut de gamme, il devrait permettre à Cupra de capter une clientèle professionnelle bien plus large.

Retrouvez notre essai complet dans le numéro 267 - juillet 2021- de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : SUV, Véhicule hybride rechargeable, Cupra, Groupe Volkswagen

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter