Enfin un portail des données publiques !

Publié le par

Qui se souvient que, pour accéder en France à un document administratif, il fallait faire une demande à la CADA (Commission d’accès aux documents administratifs) ? Cette dernière, dans sa grande mansuétude, examinait alors votre demande et, si cela lui convenait, demandait à l’administration concernée de bien vouloir vous laisser accéder audit document.

Eh oui, nous fonctionnions encore comme cela alors que quantité de pays, déclarés moins en pointe ou moins modernes, nous devançaient sur le sujet. Cette fois c’est fait ! Après des mois de test, la plate-forme d’hébergement des données publiques des administrations et de l’État est enfin opérationnelle.
Pour que les citoyens bénéficient d’une meilleure information et d’une interaction accrue avec les institutions publiques, l’État vient de lancer un nouveau portail. Il sera désormais plus facile et rapide d’obtenir la liste des hôpitaux publics ou des écoles près de chez soi, des informations sur la disponibilité des équipements en temps réel (vélos en libre service, stationnements libres, etc.), ou encore des informations sur la qualité de l’air dans sa ville. Avec l’ouverture de la plate-forme de données publiques data.gouv.fr, l’État et les collectivités territoriales (le département de Saône-et-Loire aura été le premier) s’engagent à développer un nouveau modèle de gouvernance déclaré « ouvert et participatif ».
L’objectif du site data.gouv est bien de mettre en œuvre une organisation sur le long terme pour que chaque producteur de données puisse aisément collecter et transmettre les données publiques de son administration, mais aussi enrichir et actualiser ses données de façon autonome.

JPEG - 216.4 ko

« Les données publiées peuvent être traitées et exploitées par des universitaires, des chercheurs, des entrepreneurs de l’économie numérique, des développeurs web, des journalistes pour donner naissance à de nouveaux services et à de nouvelles applications à destination notamment du Web et des téléphones mobiles… L’open data a vocation à être un vecteur d’innovation et de développement économique » précise-t-on sur le site hébergé par les services du Premier ministre. La mise à disposition de ces informations présentées sous forme de données brutes est gratuite et réutilisable. Plus concrètement, cela devrait permettre à des entreprises privées de développer des applications pour mobiles dans de multiples domaines.

Mots clefs associés à cet article : Smartphone

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter