En Allemagne, l’Ami Citroën devient l’Opel Rocks-e

Publié le par

Sur son marché national, le constructeur allemand au Blitz va proposer un quadricycle électrique dont le look ne vous semblera pas inconnu. Baptisé Rocks-e, ce modèle n’est en effet autre qu’une Citroën Ami rebadgée.

Entre l'Ami de Citroën et l'Opel Rocks-e on joue au jeu des sept erreurs et les changements sont ténus. © Opel Automobile GmbH
Entre l'Ami de Citroën et l'Opel Rocks-e on joue au jeu des sept erreurs et les changements sont ténus. © Opel Automobile GmbH

C’est ce qui s’appelle faire d’une pierre deux coups. Un an et demi après son lancement en France, l’Ami de la marque aux chevrons intègre désormais la gamme d’Opel. Il faut dire que les deux entités appartiennent au même groupe Stellantis…

Chaînon manquant entre scooter et VP, le véhicule qui s’est vu renommé Rocks-e en passant outre-Rhin boxe dans la catégorie des SUM (Sustainable Urban Mobility) visant à faciliter la mobilité urbaine. Conservant des caractéristiques techniques identiques à l’Ami, il est capable d’atteindre une vitesse de pointe de 45 km/h grâce à son moteur électrique de seulement 6 kW (8 ch) de puissance nominale, lui-même alimenté par une batterie de 5,5 kWh pour une autonomie annoncée à 75 kilomètres. La batterie peut d’ailleurs, là encore, être entièrement rechargée en environ 3 heures et demie via n’importe quelle prise domestique standard. Seul l’âge d’accès n’est pas le même puisque en France, on peut le conduire dès 14 ans alors qu’en Allemagne, il ne sera possible d’en prendre le volant qu’à partir de 15 ans.

Quant à l’aspect esthétique, là encore on joue au jeu des sept erreurs et les changements sont ténus. L’Opel Rocks-e déploie toujours des portières à ouverture asymétrique mais adopte des enjoliveurs et une couleur de contraste inédite, passant de l’orange au jaune. Le biplace 100 % électrique embarque également l’Opel Vizor, à savoir une toute nouvelle identité visuelle incluant la calandre avec les feux de jour et déjà expérimentée sur l’Opel Mokka. De plus, le Rocks-e est disponible en trois lignes d’équipement distinctes (Opel Rocks-e, Opel Rocks-e "Klub" et Opel Rocks-e "TeKno") et des services connectés tels que l’application myOpel peuvent fournir des informations pratiques.

Les commandes de cet Opel Rocks-e, calqué sur la Citroën Ami, seront ouvertes dès l’automne 2021 et « d’autres marchés suivront en 2022 » annonce le constructeur à l’éclair. À voir si l’exportation de ce produit sous une autre appellation et une autre bannière portera ses fruits en termes de ventes qui, comme en France avec la Fnac, s’effectueront en ligne, en plus d’une disponibilité dans certaines concessions de la marque. Et si le tarif de commercialisation n’est pas encore avancé, on se doute qu’il sera similaire à celui de l’Ami tricolore, débutant à 6 900 euros.

Mots clefs associés à cet article : Citroen, Opel, Quadricycle, Véhicule électrique, Mobilité durable, Marché Europe, Stellantis

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter