Émissions de NOx : des avancées chez Mercedes et Bosch

Publié le par

Le constructeur et l’équipementier croient toujours en l’avenir du diesel.

Bosch divise par plus de dix le niveau d'émissions de NOx.
Bosch divise par plus de dix le niveau d'émissions de NOx.

Alors que certains constructeurs comme Nissan ou Toyota renoncent totalement au diesel, d’autres y croient encore ! Mercedes annonce que sa gamme n’émet en moyenne que le tiers du niveau d’oxydes d’azote (NOx) autorisé. De son côté, Bosch présente un prototype équipé d’un moteur Diesel émettant dix fois moins de NOx.

Depuis l’an dernier, la législation européenne exige que les nouveaux modèles diesel n’émettent pas plus de 168 mg/km de NOx. À partir de 2020, cette limite sera réduite à 120 mg.

Mercedes dans les clous

Mercedes a attendu d’avoir complètement renouvelé sa gamme diesel pour annoncer que cette dernière « atteint des émissions moyennes de NOx comprises entre 40 et 60 mg/km dans les conditions de la méthode de mesure des émissions de conduite réelles (RDE) ». Mieux, son moteur Diesel le plus récent (4 cylindres 1.6 l) n’émettrait déjà qu’environ 10 mg/km de NOx dans les mêmes conditions.

Ceci est rendu possible par un ensemble innovant de post-traitement des moteurs et des gaz d’échappement qui a été introduit de manière continue au cours des deux dernières années. « La nouvelle génération de moteurs de Mercedes-Benz a déjà démontré il y a deux ans comment le défi NOx pouvait être résolu techniquement. Nous sommes pleinement engagés dans les moteurs Diesel modernes dans le cadre de la conduite vers l’avenir » a déclaré Ola Källenius, responsable du département recherche et développement de Mercedes.

Bosch fait le pari du « diesel propre »

De son côté, avec ses nouveaux développements, Bosch pourrait permettre aux constructeurs de réduire les émissions de NOx de façon drastique afin de respecter les limites futures. Ses ingénieurs auraient réussi à diviser par plus de dix le niveau d’émissions par rapport aux moteurs actuels les plus propres. Ainsi, la VW Golf modifiée par Bosch n’émet que 13 mg/km.

Comment est-ce possible ? En rapprochant le dispositif de post-traitement des gaz d’échappement du moteur, en réduisant la cylindrée de ce dernier pour en augmenter le niveau de charge et en utilisant de manière innovante la recirculation des gaz d’échappement. « Le diesel conserve ainsi son avantage comparatif en termes d’économie de carburant, d’émissions de CO2 et, par conséquent, de respect du climat », explique l’équipementier.

Cette technologie est d’ores et déjà prête à être mise en production sans surcoût notable par rapport aux moteurs actuels. Seule contrainte pour les constructeurs : prévoir dès la conception des nouveaux modèles la place nécessaire pour loger le système de post-traitement des gaz d’échappement au plus près du moteur.

Sur les quatre premiers mois de l’année 2018, les moteurs diesel ne représentent plus que 40% des ventes, selon les chiffres du Comité des constructeurs français. Bosch aurait-il trouvé la solution miracle pour sauver ce secteur ? Seul l’avenir nous le dira !

Mots clefs associés à cet article : Mercedes-Benz, NOx, Bosch

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER