Elis étoffe sa flotte de véhicules propres

Publié le par

Début juillet, Elis, une entreprise spécialisée dans la location-entretien d’articles textiles, d’hygiène et de bien-être pour les professionnels, a réceptionné une dizaine de VUL électriques afin de renforcer le verdissement de son parc automobile.

Ces fourgons « branchés » de la marque au losange ont intégré les centres de Strasbourg, du Bourget et d’Échirolles. (© Elis)
Ces fourgons « branchés » de la marque au losange ont intégré les centres de Strasbourg, du Bourget et d’Échirolles. (© Elis)

La politique RSE du groupe Elis est aussi simple qu’ambitieuse : maîtriser l’impact sociétal et l’empreinte environnementale de ses activités de transport. Pour réduire la consommation en carburant de ses véhicules thermiques mais aussi promouvoir l’éco-conduite, ce prestataire d’envergure internationale a donc décidé d’augmenter de manière significative le nombre de véhicules éco-responsables au sein de sa flotte. Dans l’optique d’atteindre cet objectif « zéro émission », fixé à 2025, Elis a accueilli début juillet dix Renault Master Z.E.

Une transition progressive

Cette poignée de véhicules légers électriques, facilement identifiables grâce à l’apposition du macaron « Je roule électrique », rejoignent ainsi les vingt véhicules hybrides, les trois modèles roulant au gaz naturel et les quatre autres VE que comptait déjà le parc de l’entreprise. De même, les fourgons « branchés » de la marque au losange ont intégré les centres de Strasbourg, du Bourget et d’Échirolles, sites dont les salariés se verront proposer des animations et des formations de prise en main de ces nouveaux véhicules propres.

Il faut dire qu’en investissant dans ces dix Renault Master Z.E., le groupe Elis espère bien économiser 13 tonnes de CO2 par an et par véhicule puisqu’un VE s’avère « deux à six fois moins polluant qu’un véhicule thermique sur l’ensemble de son cycle de vie », rappelle la société dans un communiqué. Pour celle-ci, l’adoption de ces modèles dans son parc est également l’occasion « d’identifier si le compromis entre autonomie kilométrique et chargement en poids (qui constitue un enjeu fort pour Elis) est assez satisfaisant pour envisager un déploiement plus large ». Car le groupe n’a pas l’intention d’en rester là concernant le verdissement de son parc, bien au contraire : la conversion énergétique ne fait que commencer !

Mots clefs associés à cet article : Renault, Véhicule utilitaire léger (VUL), Véhicule électrique, Flotte, Transport routier, Electromobilité

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter