Des véhicules plus propres, mais des transports plus polluants…

Publié le par

Tandis que les progrès technologiques permettent de produire des véhicules plus propres, le nombre de passagers, le volume de marchandises et les distances parcourues ne cessent d’augmenter, annulant ainsi les gains réalisés en termes d’efficacité. L’Agence européenne pour l’environnement (AEE) vient de rendre un rapport qui fait le tour du sujet en vue de définir le système européen de transport à instaurer d’ici à 2050.
Pour sa dixième édition, le rapport “TERM” de l’agence dresse un état des lieux de l’impact du transport sur l’environnement. Ses conclusions sont en demi-teinte, avec d’une part des améliorations pour ce qui est de la pollution atmosphérique mais, par ailleurs, de sérieuses inquiétudes quant à la hausse constante des émissions de gaz à effet de serre dont la responsabilité revient aux transports.
Le transport, y compris l’aviation internationale et le transport maritime, représenterait un quart de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne. Contrairement à certains autres secteurs, l’impact du transport sur l’environnement reste étroitement lié à la croissance économique. Et si le ralentissement économique actuel a réduit les volumes de transport, le secteur devrait repartir à la hausse dès que l’économie reprendra sa croissance.

JPEG - 335.4 ko

Quant au transport des passagers, il a continué à augmenter mais à un rythme plus lent que l’économie. Au sein de l’Union européenne, le voyage aérien demeure le secteur à l’expansion le plus rapide, avec une hausse de 48 % entre 1997 et 2007. La voiture reste le premier moyen de transport avec à son compte 72 % de l’ensemble des passagers-kilomètres dans l’Europe des 27. Dans les pays membres de l’AEE, les émissions de gaz à effet de serre provenant du transport (à l’exclusion de l’aviation internationale et du transport maritime) ont augmenté de 28 % entre 1990 et 2007 et représentent aujourd’hui environ 19 % des émissions totales. Et malgré les réductions récentes des émissions de polluants atmosphériques, le transport routier a été le plus gros émetteur d’oxydes d’azote et le deuxième pourvoyeur de polluants constitutifs des particules en 2007. Parmi les 32 pays de l’AEE, seules l’Allemagne et la Suède sont en bonne voie pour atteindre leurs objectifs indicatifs pour 2010 en matière d’utilisation des biocarburants.Enfin, le trafic routier reste de loin la plus importante source d’exposition au bruit dû au transport. Le nombre de personnes exposées à des niveaux de bruit préjudiciables, en particulier la nuit, va encore augmenter si rien n’est fait en la matière.

Mots clefs associés à cet article : CO2, Particules, NOx

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter