Déconfinement : les Français prêts à acheter une voiture

Publié le par

L’institut Ipsos a réalisé une enquête auprès des Français afin de connaître leurs intentions d’achat de véhicule après le confinement. Un niveau de motivation qui se maintient et qui augmente même pour certains.

L’institut Ipsos a réalisé une enquête en matière d’intention d’achat de véhicule chez les Français à la sortie du confinement. Ainsi, près d’un tiers des Français qui souhaitaient acquérir une voiture avant la crise seraient encore plus motivés aujourd’hui. Ils seraient 27 % en France, contre 21 % en Espagne et au Royaume-Uni, et 20 % en Italie.

Inversement, 18 % des Français qui avaient l’intention d’acheter un véhicule avant la crise seraient moins déterminés actuellement. Cette proportion est l’une des plus basses d’Europe, face aux 51 % d’avis favorables en Italie, 47 % en Espagne, 28 % en Allemagne et 24 % au Royaume-Uni. La principale raison de ces Français est une volonté de limiter les dépenses dans la crainte d’une crise économique majeure qui pourrait leur faire perdre leur emploi.

À noter que, pour 50 % des clients potentiels, la sécurité sanitaire est devenue l’une des principales motivations d’achat d’un véhicule. « Cette tendance est liée à la nature même de cette crise et aux bénéfices de sécurité recherchés par les populations : en tant que moyen de transport personnel, l’automobile impose la distanciation sociale et participe à la protection du conducteur et de ses passagers face au virus » explique Nicolas Cardon, expert des sujets automobiles chez Ipsos.

L’une des autres raisons d’achat est aussi liée à la crise, mais principalement à l’opportunité qu’elle représente en matière de promotions et d’aides gouvernementales. Près de 31 % des sondés se disent en effet motivés par des promotions et 20 %, par des subventions publiques. Le plan annoncé mardi 26 mai par le président de la République, Emmanuel Macron, devrait donc encourager ces clients potentiels à franchir le pas.

Digitalisation attendue

L’étude interroge également les Français sur la digitalisation du parcours client dans l’automobile, et les résultats se révèlent intéressants. En cette période de distanciation sociale, près d’un quart (24 %) des sondés se déclarent séduits par l’achat d’un véhicule en ligne. Ils apprécieraient particulièrement de pouvoir souscrire une assurance (46 %) et un financement (34 %) à distance. Autre élément plus nouveau, près de 27 % des répondants aimeraient avoir des interactions virtuelles avec un vendeur. La visio-conférence a sans doute séduit une partie des Français pendant le confinement, autant sur le plan personnel que professionnel. Une évolution déjà perçue par plusieurs marques et groupes de distribution, qui ont offert cette possibilité à leurs clients pendant la fermeture des showrooms. Des innovations comme la réalité augmentée pourraient également compléter ces nouvelles méthodes de travail. Dans un contexte déjà peu favorable aux visites en concessions avant la crise, le nombre de contacts directs avec un client pourrait être plus élevé grâce aux outils digitaux qu’aux surfaces d’exposition réelles.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule neuf (VN), Véhicule d’occasion (VO), Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter