Covid-19 : pourquoi les IK augmentent-elles pendant la crise ?

Publié le par

Spécialiste de la gestion des notes de frais, Expensya a publié une étude qui analyse les impacts de la crise sanitaire du coronavirus et du confinement sur les dépenses professionnelles. Instructif.

DR / Sixt
DR / Sixt

L’étude menée par Expensya repose sur l’examen anonymisé de près de 23 millions d’euros de frais professionnels, engagés sur deux périodes distinctes de deux semaines, à savoir pendant le confinement (du 23 mars au 5 avril 2020) et avant le confinement (du 17 février au 1er mars 2020). Les résultats sont sans surprise.

Hausse relative de 32,8 % des IK

Tout d’abord, pendant la période de confinement, « une hausse relative de 32,8 % des indemnités kilométriques a été constatée. Bien que paradoxale, cette hausse s’explique par le fait que les véhicules personnels ont été privilégiés face aux transports en commun sur cette période par les salariés des secteurs essentiels qui n’ont pas pu mettre en place le télétravail (santé, banque, livraison, etc.) ». Dans le même temps, les remboursements de dépenses de transports en commun, et même de taxis et de VTC, se sont d’ailleurs effondrés (– 82 %).

Par ailleurs, des frais de pharmacie apparaissent dans les notes de frais. « Les entreprises remboursent de plus en plus les dépenses liées à l’achat de matériels de protection, notamment les gels hydroalcooliques », pointe l’étude. Des dépenses qui ont été multipliées par dix durant la période de confinement. Il en ressort une très forte baisse, près de 83 %, des frais professionnels des salariés. Expensya met aussi en exergue quatre faits saillants.

Les services de télécommunication comme premier poste de frais

En outre, les frais pour la conversion au télétravail ont été élevés. « L’achat de fournitures de bureau a connu une augmentation relative de 142 %.On remarque aussi une augmentation des frais de téléphonie et d’Internet, de dépenses en matériel informatique. À cela s’ajoutent aussi de nouveaux frais liés à l’usage de services en ligne permettant de collaborer à distance, comme les applications de visioconférence. Les dépenses pour des services applicatifs en ligne ont ainsi connu une très forte augmentation relative de 287 %. Les services des acteurs du secteur des télécommunications sont devenus le principal poste de notes de frais lors du confinement », détaille l’étude en soulignant encore que les livraisons augmentent. Résultat, une hausse relative de 335 % des frais de poste, de coursiers et autres services de livraison.

Enfin, sans surprise, le poste des voyages d’affaires a quasi disparu des radars. « Les frais d’hébergement engagés lors de déplacements professionnels ont connu une chute de 96 % Les 4 % restants représentant des employés retenus dans un pays étranger ou dans une région éloignée de leur domicile. Par ailleurs, une baisse considérable de 88 % dans les dépenses de transport aérien a été constatée, liée notamment à la fermeture des frontières, et à la limitation progressive du transport aérien », souligne l’étude.

La grille des indemnités kilométriques de 2020, c’est ici

Mots clefs associés à cet article : Gestion de parc, Voyage d’affaires, Frais Professionnels, Trajets domicile-travail, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER