Covid-19 : l’Europe doit venir au secours des constructeurs automobiles pour l’ACEA

Publié le par

Vendredi 20 mars, l’Association des constructeurs européens d’automobiles a interpellé les pouvoirs publics européens. L’ACEA leur a demandé d’apporter une aide financière aux industriels du secteur automobile, dont l’activité se trouve durement touchée par la crise sanitaire actuelle.

Il faut « prendre des mesures concrètes pour éviter des dommages irréversibles », préconise l'ACEA. (© Fiat Presse)
Il faut « prendre des mesures concrètes pour éviter des dommages irréversibles », préconise l'ACEA. (© Fiat Presse)

Les constructeurs automobiles européens exploitent quelque 229 usines de montage et de production de véhicules, employant 2,6 millions de personnes. Plus largement, le secteur automobile fournit du travail direct et indirect à presque 14 millions de salariés dans l’UE. Une force de main-d’œuvre qui se trouve désormais quasi à l’arrêt puisque de nombreux constructeurs ont dû fermer temporairement leurs usines afin d’endiguer la propagation du Covid-19. Un ralentissement, voire dans certains cas une suspension totale de l’activité, qui aura de lourdes retombées économiques sur un marché automobile déjà exsangue.

« Il est clair que c’est la pire crise qui ait jamais touché l’industrie automobile » a ainsi déclaré Eric-Mark Huitema, directeur général de l’ACEA, dans un communiqué publié en fin de semaine dernière. Par conséquent, «  nous appelons à des actions fortes et coordonnées aux niveaux national et européen pour fournir un soutien immédiat en matière de liquidités aux constructeurs automobiles, à leurs fournisseurs et aux concessionnaires », a-t-il déclaré.

« Éviter des dommages irréversibles »

Alors que la Banque centrale européenne a débloqué 750 milliards d’euros « pour tenter de contenir les répercussions sur l’économie de la pandémie de coronavirus » et que le Gouvernement français a annoncé que le paiement des cotisations sociales serait reporté au 5 avril, Éric-Mark Huitema a espéré « un dialogue urgent avec le président de la Commission européenne ». Et ce, dans le but de «  prendre des mesures concrètes pour éviter des dommages irréversibles et fondamentaux au secteur avec une perte permanente d’emplois, de capacités, d’innovation et de capacité de recherche ». Mais aussi de «  stimuler la reprise [du] secteur, qui sera un contributeur clé à la reprise accélérée de l’économie européenne dans son ensemble. »

L’ACEA soutient enfin qu’il est également important de maintenir la production et la fourniture de pièces de rechange, ainsi que les réseaux d’entretien des véhicules pour maintenir la logistique vitale des différents pays européens. En attendant une réponse des autorités européennes, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Layen, a proposé aux États membres de renoncer un temps aux règles de disciplines budgétaires et à l’encadrement des déficits. Le temps de remonter la pente…

Les États-Unis épaulent les constructeurs, « au moins un peu »

Outre-Atlantique, où la voiture est une culture, le président Donald Trump a annoncé qu’il aiderait les industriels automobiles nationaux à surmonter cette crise liée au Covid-19. Même si les géants de Detroit ne bénéficieront sans doute pas des milliards injectés dans le sauvetage de General Motors et Chrysler entre 2009 et 2013.

« Nous allons les aider au moins un petit peu », a en effet déclaré Donald Trump, sans toutefois préciser le montant de cette main à demi-tendue. Tandis que, de leur côté, les constructeurs ont réclamé l’accès au fonds fédéral d’aide pour les entreprises en détresse.

Mots clefs associés à cet article : Entreprises, Marché Europe, Économie, ACEA, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER