Covid-19 : comment se comporte le marché automobile chinois ?

Publié le par

Après plusieurs semaines d’arrêt, les ventes de voitures neuves en Chine reprennent progressivement. Le mois d’avril suffira-t-il à faire oublier les – 43 % du mois de mars ?

Les ventes de VN repartent en Chine. (image d'illustration © Citroën / Peugeot / Volkswagen)
Les ventes de VN repartent en Chine. (image d'illustration © Citroën / Peugeot / Volkswagen)

Confinement de la population, mise à l’arrêt des usines y compris dans l’automobile…, la Chine a été contrainte d’adopter (avec plusieurs semaines d’avance sur la France) de telles mesures pour tenter d’endiguer l’épidémie de coronavirus. En cette mi-avril, le pays sort peu à peu de ce sommeil forcé (contrairement aux Français, priés de rester chez eux jusqu’au 11 mai prochain, a minima), et les Chinois retrouvent leur quotidien. L’heure des bilans a donc sonné.

Ainsi, l’Association des constructeurs chinois d’automobiles indique que les ventes de véhicules neufs ont reculé de 43,3 % au mois de mars 2020 par rapport à mars 2019. Le mois dernier, 1,43 million de véhicules seulement ont été mis à la route contre 3,67 millions un an auparavant. En mars, la production automobile a elle régressé de 44,5 % comparé à l’année précédente, avec tout juste 1,42 million de véhicules sortis des chaînes, contre 3,47 millions en 2019.

Le marché repart

Cependant, avec le retour à une vie (presque) normale, la demande repart. Ainsi, les ventes de véhicules neufs ont augmenté de 361,1 % par rapport au mois de février, où le pays était à l’arrêt complet ! Même constat du côté de la production, où les volumes réalisés s’envolent de 400 % par rapport au mois dernier.

Le coronavirus a fait naître « un besoin accru de mobilité individuelle » chez les Chinois, a d’ailleurs constaté Stephan Wöllenstein, le directeur général de Volkswagen Chine. « Ils évitent désormais de prendre les transports en commun », explique-t-il à nos confrères de Business Insider.

Cette forte demande en automobiles neuves devrait d’ailleurs être durable puisque les autorités chinoises ont décidé de soutenir la filière en accordant, par exemple, de généreuses subventions à l’achat ou des exonérations fiscales.

Mots clefs associés à cet article : Statitistiques, Immatriculations, Véhicule neuf (VN), Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter