Covid-19 : les flottes des loueurs resserrées

Publié le par

Durement frappés par la crise sanitaire, les loueurs courte durée ont sévèrement réduit leurs achats de véhicules neufs et taillé dans leurs parcs.

© Sixt
© Sixt

La crise sanitaire affecte la mobilité des citoyens. Tant professionnelle que personnelle. Avec des déplacements toujours plus limités en France, comme hors de l’Hexagone, les loueurs courte durée voient leurs parkings saturés et leurs agences désespérément vides. Une situation qui pèse fortement sur leurs comptes.

Ainsi, l’ Agence France-Presse indique qu’Europcar vient d’annoncer un chiffre d’affaires quasiment divisé par deux en 2020 (- 45 %), à 1,7 milliard d’euros. Chez Sixt, la chute est de 38,8 % à 1,53 milliard d’euros. outre-Atlantique, le groupe Hertz, placé en faillite dès l’an dernier, a perdu 1,43 milliard d’euros (1,7 milliards de dollars) en 2020. Son concurrent direct, l’Américain Avis Budget a, lui, perdu 576 millions d’euros (684 millions de dollars) sur l’année.

Des commandes de véhicules gelées et des ventes accélérées

En conséquence : « Tous les groupes ont freiné sur l’achat de voitures neuves. Les négociations évoluent “au jour le jour” avec les constructeurs automobiles, soulignent plusieurs dirigeants », indique encore l’AFP. Ainsi, Avis aurait « cédé 250 000 véhicules depuis l’été 2020 réduisant sa flotte de 31 %. Sixt a aussi réduit la sienne de 25 %, Europcar de 39 % ».

Si aucun des loueurs ne sait exactement quand repartira la demande, assez paradoxalement, « l’explosion de la livraison à domicile a aussi provoqué une forte croissance de la demande de location de camionnettes, sur laquelle comptent Sixt comme Europcar », relèvent nos confrères.

Mots clefs associés à cet article : Europcar, Avis, Hertz, Sixt, Location de courte durée (LCD), Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter