Covid-19 : aux États-Unis, Ford se lance dans la production de respirateurs et de masques

Publié le par

Le constructeur américain Ford a décidé de s’associer à 3M, société d’innovations scientifiques, ainsi qu’à la filiale de General Electric, GE Healthcare, afin de fabriquer du matériel médical.

Les opérateurs de Ford assembleront 100 000 masques par semaine, annonce le constructeur. (© Ford)
Les opérateurs de Ford assembleront 100 000 masques par semaine, annonce le constructeur. (© Ford)

La lutte contre le Covid-19 doit être collective. Outre-Atlantique, Ford l’a bien compris en s’engageant à collaborer avec les entreprises 3M et GE Healthcare. Le but : fabriquer, à grande échelle, des respirateurs à adduction d’air filtré (PAPR) et des masques de protection. Dans le monde, de nombreux hôpitaux admettent en effet manquer de moyens pour gérer l’actuelle crise sanitaire liée au coronavirus.

Un trio de capacités multiples qui mobilise ses ingénieurs

Afin de répondre à la demande urgente du personnel de santé mais aussi des salariés encore en poste notamment dans les grandes surfaces, Ford, GE Healthcare et 3M ont planché sur la conception d’un nouveau type de respirateurs à épuration d’air motorisés mobiles et de ventilateurs. Des versions simplifiées nommées PAPR. Ces articles devraient être assemblés rapidement grâce à l’utilisation de pièces et de composants sortant des lignes de production respectives des trois partenaires. On peut par exemple citer les ventilateurs des sièges du Ford F-150 pour la circulation de l’air ou encore les filtres à air HEPA de 3M.

Mais c’est surtout la combinaison de la diversité des compétences de ces trois entreprises qui peut permettre d’espérer de tels objectifs de production. Il faut dire que 3M et GE Healthcare possèdent une réelle expertise en matière de matériel médical par le biais de leurs divisions spécialisées. Le constructeur américain apporte, quant à lui, son savoir-faire en termes d’impression 3D notamment. Ford examine d’ailleurs comment il pourrait produire ces PAPR de nouvelle génération dans l’une de ses usines de fabrication au Michigan.

Une ambition de plus de 100 000 masques par semaine

Ce croisement des connaissances devrait également permettre de confectionner plus de 100 000 masques en plastique par semaine. Ceux-ci seront expressément fabriqués sur le site de de Troy Design and Manufacturing, filiale de Ford, à Plymouth, dans le Michigan, en coopération avec le syndicat UAW (United Auto Workers). Une production à la cadence audacieuse qui risque malheureusement de s’avérer insuffisante. Pour causeN : ces masques s’épuisent vite compte tenu de leur durée d’utilité limitée à quatre heures. Malgré tout, comme le dit Mike Roman, DG de 3M : « Il est crucial que nous mobilisions toutes les ressources pour protéger des vies et vaincre cette maladie. »

De son côté, Bill Ford, président exécutif de la marque, a reconnu : « C’est une période tellement critique pour l’Amérique et le monde. C’est le moment de l’action et de la coopération. En nous réunissant dans plusieurs secteurs, nous pouvons faire une réelle différence pour les personnes dans le besoin et pour celles qui sont en première ligne de cette crise. »

Le constructeur a d’ailleurs déjà contribué à l’effort international en faisant don, par le biais de Jiangling Motors, de dix camionnettes d’ambulance Transit aux hôpitaux de Wuhan. De même, l’équipe de conception américaine de Ford s’attelle à la création d’écrans faciaux transparents pour les soignants. Environ 75 000 de ces écrans devraient être finis cette semaine, et les 1 000 premiers seront testés dans les hôpitaux Detroit Mercy, Henry Ford Health Systems et Detroit Medical Center Sinai-Grace. Un modèle de mobilisation à suivre.

Mots clefs associés à cet article : Ford, Pièce mécanique, Recherche & Développement, Impression 3D, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter