Comment Norauto se positionne sur les mobilités zéro émission

Publié le par

L’ère du « tout automobile » a vécu au point que les centres auto s’interrogent sur leur capacité à accompagner la mobilité de demain. Norauto est le premier réseau à tester la vente et l’entretien de trottinettes, de scooters et de vélos électrifiés.

image d'illustration © Norauto
image d'illustration © Norauto

Il faut remonter presque quinze ans en arrière pour se rappeler que Norauto a été la première enseigne d’entretien automobile à proposer des vélos à assistance électrique. Trop tôt sans doute pour le marché de l’époque, encore embryonnaire.

Aujourd’hui, de plus en plus de particuliers comme d’entreprises sont prêts à troquer le volant pour le guidon et Norauto compte bien accompagner ce mouvement. « Nous avons un positionnement tourné vers la transition automobiliste en proposant des solutions alternatives à l’usage de l’automobile et en répondant aux nouveaux besoins de nos clients », revendique Jérôme Carrodano, Category leader mobilité électrique deux roues chez Mobivia. La mobilisation contre la pollution et la congestion urbaine pousse dans cette direction et la crise du Covid a accéléré le mouvement. « Aujourd’hui, on constate des façons différentes de se déplacer, notamment sur des trajets domicile-travail », se réjouit le responsable. Un alignement des planètes favorable à la mobilité électrique deux-roues pour laquelle Norauto a déployé, en mai 2020, un « poc » (proof of concept). En clair, une expérimentation qui a été initiée à deux pas de son siège social, dans le centre-auto de Villeneuve-d’Ascq.

Des « corners » mobilité

Pour le découvrir, il faut se diriger au centre du magasin où trône un « corner » dédié aux nouvelles mobilités. On y trouve des vélos, des scooters et des trottinettes, tous dotés d’un moteur électrique. C’est l’occasion pour la marque de mettre en avant des produits sous sa propre marque, Wayscral, et surtout de convaincre les consommateurs. Il est possible de faire un essai sur place voire de louer pour quelques jours avant de sauter le pas. « Dans 80 % des cas, le test déclenche l’acte d’achat » , affirme Jérôme Carrodano.

A côté du podium d’exposition, on trouve des rangées d’accessoires. Surtout, la pièce maîtresse de ce POC est un atelier ouvert sur l’espace de vente. Norauto y affecte des techniciens passionnées et spécialement formés. « L’objectif est de pouvoir entretenir et réparer nos vélos et, demain, ceux en multimarques » annonce Jérôme Carrodano. Comme pour les voitures électriques, la batterie représente un investissement clé pour les possesseurs d’un vélo à assistance électrique (VAE). À l’achat, elle pèse environ un tiers de la facture or, sur les premiers VAE mis en circulation, ces batteries commencent à faiblir. Norauto se positionne sur ce marché avec un service de diagnostic et de renouvellement. À terme, le client aura le choix entre ramener directement son vélo dans un centre auto ou réserver en ligne sa prestation de reconditionnement avec une prise de rendez-vous pour un passage en atelier. Norauto vise un déploiement dans une soixantaine de centres, au cours de l’année 2021. « Nous avons un potentiel de croissance dans les villes moyennes, les petites villes et les zone rurales », analyse le leader mobilité électrique deux-roues prévoit de couvrir un tiers du réseau à l’horizon 2023.

Vers une offre B to B

La réparation et le reconditionnement des VAE ouvrent d’autres perspectives telle qu’une offre d’occasion que l’enseigne compte développer à compter du second semestre 2021. « La vente d’occasion est un modèle rentable pour le VAE », confirme Jérôme Carrodano. Par ailleurs, Norauto, qui propose déjà de la location, prépare une offre de leasing intégrant le vélo et des services associés.

Pour les entreprises, l’enseigne réfléchit à des contrats flottes d’une durée de deux à trois ans pour ses produits Wayscal. Cette offre « maison » serait complétée par deux autres : celle de Green On, l’entité du groupe spécialisée dans l’installation de vélos partagés dans les entreprises, et celle d’Azfalt, une start-up qui propose des vélos de fonction, dont Mobivia est partenaire. Surtout Norauto pourrait convaincre les gestionnaires de flottes avec des offres croisées nouvelles mobilités/voitures. Autrement, dit la possibilité pour une entreprise de faire entretenir ses véhicules électrifiés, tous types confus, en un seul et même lieu.

Article initialement publié dans le n°262 de L’Automobile & L’Entreprise

Mots clefs associés à cet article : Norauto, Vélo, Mobivia, Micro-mobilité, Mobilités, Azfalte

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter