Comment « MaaX » aide les Franciliens à se déplacer plus facilement

Publié le par

À la demande d’Ile-de-France Mobilités, le groupe RATP vient de développer une application mobile permettant aux Franciliens d’organiser leurs trajets de A à Z grâce à l’intégration d’une dizaine de fournisseurs de services de mobilité.

Tous les modes de transport peuvent être combinés dans une application unique. © Groupe RATP
Tous les modes de transport peuvent être combinés dans une application unique. © Groupe RATP

L’ère de l’application smartphone unique pour chaque service de mobilité semble révolue. Avec l’avènement du « MaaS » (Mobility as a Service), une seule et unique appli peut désormais permettre aux usagers de planifier et régler l’intégralité de leurs trajets. Il s’agit d’un réel confort pour le voyageur et d’un service différenciant pour les autorités organisatrices de mobilité. À l’échelle de la région Ile-de-France, rien n’existe encore vraiment. Exception faite de l’usage répandu des comparateurs de trajets comme Citymapper ou Google Maps. Une situation qui appartiendra bientôt au passé.

Dix opérateurs de mobilité rassemblés

Ile-de-France Mobilités (ex-Syndicat des transports d’Ile-de-France) vient de passer commande d’un service de ce type auprès du groupe RATP, qui dispose déjà d’un savoir-faire dans ce domaine. L’outil lancé en novembre s’appelle « MaaX » pour Mobility as an Experience.

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une application-test dont seuls 2 000 bêta-testeurs franciliens disposent pour l’instant. « Pour une bonne représentativité, les bêta-testeurs ont été sélectionnés à Paris, mais aussi en petite couronne et en grande couronne. Il s’agit de jeunes ou de moins jeunes. Cette expérimentation a pour but avant tout de recueillir des informations sur les usages », glisse-t-on du côté du groupe RATP.

L’application MaaX intègre les solutions de mobilité de dix opérateurs différents : Communauto (auto-partage), Klaxit (covoiturage), Marcel et Kapten (VTC), Cityscoot (deux-roues motorisés), Vélib (location de vélos en station), Donkey Republic (location de vélos en free floating), Dott et Voi (trottinettes) et Zenpark (parking). Soit de quoi effectuer un trajet recherché de A à Z, selon la règle de la multimodalité.

Pour les voyageurs, l’intérêt des applications MaaS, comme MaaX, réside aussi dans l’intégration de la vente des titres de transport et la facturation directe des services utilisés ou consommés.

Un précédent à Annemasse

« La création de l’appli MaaX s’inscrit dans le cadre de la transformation digitale du groupe RATP et de la création de nouveaux services. On évolue d’une offre de produits vers une offre de services. Aujourd’hui, les voyageurs veulent bénéficier d’un même outil accompagnant de bout en bout leur parcours et permettant obtenir des informations en temps réel afin d’optimiser leurs trajets » rapporte Vânia Ribeiro, chief digital officer du groupe RATP.

JPEG - 3.6 Mo
Application MaaS - Groupe RATP

Pour parvenir à un tel degré d’intégration des offres dans une seule et même plate-forme, les équipes digitales du groupe RATP n’ont pas chômé. D’autant que le projet devait tenir un calendrier serré. « L’application MaaX a été conçue en six mois. Des directeurs généraux des services de mobilité concernés aux développeurs, nous avons travaillé ensemble, main dans la main. Nous étions dans une logique d’écosystème car il n’y a pas d’un côté les développeurs et de l’autre les opérateurs », détaille la chief digital officer. Vânia Ribeiro poursuit : « Les applis MaaS, il faut que ce soit fluide pour les utilisateurs. Cette fluidité du digital, les clients doivent ensuite la retrouver dans le monde réel. »

Si le travail effectué par les équipes digitales du groupe RATP a été rudement efficace c’est aussi car elles n’en sont pas à leur coup d’essai. À Annemasse, RATP Dev (une filiale du groupe dédiée à l’exploitation et à la maintenance des réseaux de transports en commun hors région parisienne, ndlr) a livré en février 2019 l’application TAC Mobilités qui offre, globalement, les mêmes services que l’appli MaaX en Ile-de-France.

Les trois piliers du MaaS

Toutes les applis MaaS reposent globalement sur un même schéma, affiné en fonction du territoire et du degré de développement de l’offre de transports sur celui-ci. « Le premier pilier est la géolocalisation des transports disponibles autour de l’usager. Le deuxième est la recherche et le calcul d’itinéraire. Avec un algorithme, on combine tout ce qui est possible et on affiche comme résultat ce qui est le plus pertinent en termes de durée de trajet, si possible sans trop changer de modes de transport pour arriver à destination. Enfin, le troisième pilier est la réservation des moyens de transport disponibles, qu’il s’agisse de l’achat d’un ticket à la réservation d’une place dans un covoiturage ou d’un véhicule en auto-partage », explique Vânia Ribeiro. Dans le cadre de l’application commandée par Ile-de-France Mobilités, il est par exemple possible de commander directement avec la plate-forme un véhicule proposé en auto-partage par Communauto. En revanche, pour les trajets en covoiturage qui seraient par exemple suggérés, l’utilisateur sera automatiquement redirigé, via un lien profond, vers l’interface de l’opérateur concerné.

Quel avenir ?

À terme, « lorsqu’un modèle économique pérenne, permettant un juste partage de la valeur entre les plates-formes et les opérateurs sera trouvé, les applications MaaS permettront de vraiment tout piloter depuis une seule et unique interface », avance-t-on du côté du groupe RATP. L’entreprise réfléchit d’ailleurs à la façon dont elle pourrait prendre part à ce marché naissant. Pour l’heure, le groupe ne développe des supports que lorsqu’il exploite tout ou partie des réseaux de transport concernés. Cependant, il n’est pas exclu dans un avenir plus ou moins proche que l’entreprise réponde aux appels d’offres lancés par les collectivités ou autorités organisatrices de mobilité pour ce type de service, sans pour autant être exploitant du réseau concerné.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le n°251 (décembre 2019) de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Train, Transports en commun, VTC, Multi-modalité, Gare, RATP, Ile-de-France Mobilités

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter