Comment Euromaster envisage l’année 2021

Publié le par

Si l’activité d’Euromaster a fatalement été impactée l’an passée par la mise à l’arrêt du pays en raison de la situation sanitaire, l’enseigne regorge de projets pour l’année à venir et s’attend à des activités en croissance.

image d'illustration © Euromaster
image d'illustration © Euromaster

Leader des prestations d’entretien auprès des clients professionnels (80 % de l’activité en BtoB) Euromaster a enregistré une baisse de 10 % de l’ensemble de ses activités - et de son chiffre d’affaires - en 2020. Une situation bien entendu inédite et imputable à la crise sanitaire et plus particulièrement aux mesures adoptées pour contenir la propagation de la pandémie de Covid-19 dans l’Hexagone. En détails, l’exercice 2020 de l’enseigne, filiale du Groupe Michelin, est plus contrasté selon les branches. « Les activités véhicules industriels (génie civil, agricole, poids-lourds) ont régressé de 9 % tandis que les activités véhicules légers (VP + VUL) ont plongé de 18 % », détaille Marc Frustié, le patron de l’enseigne. « Nous avons cependant bien géré nos stocks et avons réalisé quelques désinvestissements. Ce qui nous a permis de préserver notre trésorerie » ajoute-t’il.

Pour tourner la page de 2020 et renouer avec la croissance, Euromaster fourmille de projets pour l’année à venir à déployer par ses 400 centres dont 170 franchisés. Les principales actions se concentreront sur un renforcement du maillage territorial et la digitalisation du réseau. L’objectif est d’offrir davantage de services en ligne et de dégager de toute paperasserie les techniciens intervenants en ateliers comme directement sur sites, auprès des clients. Le second volet porte sur le développement de nouveaux services.

Mots clefs associés à cet article : Euromaster

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter