Citroën, Opel et Peugeot branchent leurs ludospaces

Publié le par

Dans la foulée de leur déclinaison utilitaire, les Citroën Berlingo, Opel Combo Life et Peugeot Rifter se convertissent à l’électricité.

image d'illustration © Médiathèque Stellantis
image d'illustration © Médiathèque Stellantis

L’électrification des gammes est désormais un enjeu majeur pour les constructeurs automobiles. Et aucun segment du marché n’y résiste. Qu’il s’agisse des citadines, des compactes ou encore des SUV, chaque catégorie du marché dispose aujourd’hui de ses modèles 100 % électriques. Certains acteurs ont fait le pari de produire indifféremment leurs véhicules en thermique ou en électrique. C’est notamment le cas de l’ex-groupe PSA. Ainsi, Peugeot a donné naissance aux 208 et e-208, Citroën aux C4 et ë-C4 et Opel aux Mokka et Mokka-e. Assez logiquement, les trois marques viennent d’appliquer la même recette à leurs ludospaces (et aux fourgonnettes qui en dérivent) Berlingo, Rifter et Combo Life.

Pour apposer la particule « e » devant ou derrière leurs noms (Citroën ë-Berlingo, Peugeot Rifter-e, Opel Combo-e Life), ces véhicules embarquent désormais un moteur électrique de 100 kW (136 ch) couplé à une batterie lithium-ion de 50 kWh. Ainsi équipés, les trois cousins revendiquent jusqu’à 280 km d’autonomie (cycle mixte WLTP). Les véhicules sont livrés de série avec un chargeur embarqué monophasé 7,4 kW. Un chargeur triphasé 11 kW est disponible en option : il permet d’accélérer le processus de charge en acceptant des puissances supérieures. Ainsi, il est possible de récupérer 80 % d’autonomie en 30 minutes sur une borne de recharge rapide (100 kW) publique.

Particularité de ces versions électriques : trois modes de conduite sont proposés. Eco (puissance de 60 kW et 190 Nm) pour favoriser l’autonomie. Normal (80 kW et 210 Nm) pour l’usage au quotidien et Power (100 kW et 260 Nm) pour optimiser les performances véhicule chargé. Enfin, le frein de parking devient électrique tandis que l’instrumentation à bord délaisse les compteurs analogiques au profit d’une dalle numérique de 10 pouces.

Reposant toujours sur la plateforme EMP2, les trois ludospace sont proposés avec empattement court (longueur totale du véhicule : 4,40 m) ou long (4,75 m). Ainsi, selon la configuration, ils peuvent embarquer entre 5 et 7 personnes à bord tandis que le volume de coffre varie entre 775 litres et 850 litres.

La structure de gamme ainsi que les tarifs des trois véhicules devraient être précisés très prochainement. Leur commercialisation étant annoncée pour le début du printemps.

Le Citroën ë-Berlingo © Citroën
Le Peugeot e-Rifter © Peugeot
L’Opel Combo-e Life © Opel

Mots clefs associés à cet article : Citroen, Opel, Peugeot, Dérivé de VUL, Véhicule électrique, PSA, ludospace

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter