Citroën C4 : das beste in seiner Klasse*

Publié le par

Visiblement, tout a été fait pour que la nouvelle C4, tel le septuple champion du monde maison Sébastien Loeb, passe en tête de sa catégorie. Il suffit de s’asseoir au volant pour en être persuadé. Certes, nous n’avons essayé que des véhicules en finition Exclusive et par conséquent équipés en plus haut niveau, mais il ne fait pas de doute que le travail réalisé dans l’habitacle paie. Les finitions n’ont rien à envier à celles des marques premium, l’ergonomie de la planche de bord est l’une des plus abouties du segment et, pour le conducteur, le nouveau tableau de bord avec ses cadrans parfaitement lisibles (on peut même jouer sur l’intensité de leur couleur de fond) représente certainement un gain en sécurité. Il en est de même du système de surveillance d’angle mort, du limiteur-régulateur de vitesse programmable ou encore du service innovant Citroën eTouch. Ce service comprend entre autres un système d’appel d’urgence et d’assistance localisés au cas où…

Quel confort !

JPEG - 91.2 ko
Faut-il parler, pour être convaincant, des autres prestations offertes aux passagers ? Oui si c’est pour dire que les sièges avant et arrière sont remarquablement bien dessinés et que, pour ce qui est des passagers avant, ils trouveront grâce aux multiples réglages manuels ou électriques une position qui leur évitera toute fatigue. Ils apprécieront aussi la fonction “massage”. À l’arrière, l’espace disponible est juste convenable : Citroën a visiblement privilégié le volume de coffre (408 litres minimum). En option, on peut encore transformer la nouvelle C4 en auditorium (le son est signé Denon), et il faut enfin souligner l’excellence de la climatisation même lorsque la voiture est équipée de l’immense toit en verre. Question : n’est-elle pas cependant “énergivore” par froid intense ou grand soleil ?

Un petit “e-” pour de grandes é-conomies

JPEG - 66.3 ko
Le moteur vedette de la gamme est un HDi 2.0 l de 150 ch. Brillant, il a été optimisé pour offrir des consommations et des émissions de CO2 raisonnables. Il est disponible avec une boîte manuelle à 6 vitesses. C’est pourtant la boîte robotisée à 6 rapports (BMP6) qui est “ au cœur du projet C4 ”, et d’ailleurs cette dernière fait corps avec la version sans doute la mieux adaptée aux parcs des entreprises, la version e-HDi 110.
Équipée du moteur HDi 1.6 l de 110 ch, dotée de la dernière génération du système Stop & Start, la Citroën C4 n’émet que 109 g/km de CO2 aujourd’hui, puis 99 g/km dans quelques mois grâce à un autre étagement de la boîte, à quelques “astuces” de carrosserie notamment pour améliorer le coefficient de pénétration dans l’air ou encore à des enjoliveurs spécifiques. Attention cependant pour réussir cette performance, la technologie micro-hybride, fût-elle comme le souhaite Frédéric Banzet, le directeur général de Citroën, « la référence sur le marché », ne suffit pas : la C4 doit aussi recevoir des pneumatiques Michelin Energy Saver, qui permettent de gagner plus de plus de 5 g/km de CO2. Pour notre essai, notre voiture était montée en Michelin Primacy HP, généralement réservés aux grandes routières.
JPEG - 111.9 ko
Incontestablement, dès que la voiture roule, on est bien à bord d’une Citroën. Le confort de conduite qu’offre la C4 a peu d’équivalents à ce niveau de gamme. L’insonorisation de l’habitacle y participe grandement, et côté conducteur la forme si particulière du volant multifonction facilite les manœuvres. Les deux palettes qui permettent de monter et de descendre les rapports de la boîte pilotée si l’on souhaite conduire manuellement sont bien placées, mais les inconditionnels de la BMP6 – c’est notre cas – ne les utilisent qu’en cas de conduite extrême, en montagne, sur la neige et pour rétrograder plus rapidement, le kick down ne donnant pas toujours le résultat immédiat escompté.
Le Stop & Start est d’une remarquable efficacité : pas de latence, pas de vibration au redémarrage et il se déclenche en phase de décélération dès qu’on est à 8 km/h. Bien utilisé, c’est-à-dire en anticipant au maximum les arrêts (au stop, au feu rouge, dans les encombrements…), ce système peut réduire les consommations jusqu’à 15 %. En toutes circonstances les trains roulants, qui ont été entièrement revus, et les aides à la conduite : ABS, ESP, contrôle de la motricité “intelligent”… assurent à la voiture une stabilité sans faille. On passe très vite dans les grandes courbes en sortie d’autoroute par exemple, et la voiture est d’une belle agilité en virages serrés. Sa compacité est un atout majeur en ville, où un système électronique estime l’espace entre deux véhicules et permet de savoir si l’on peut, ou non, se garer.

Un TCO qui a tout pour plaire

JPEG - 88.5 ko
Le bilan, on l’a compris, est très positif, et la marque aux chevrons peut espérer voir la C4 rencontrer un beau succès commercial. Les entreprises et les administrations qui doivent réduire leur empreinte carbone trouveront en ce modèle des motifs de satisfaction et cela d’autant plus que les paramètres financiers sont bien maîtrisés. La nouvelle C4 devrait afficher des valeurs résiduelles assez proches de celles des modèles premium, surtout pour les versions les mieux équipées. Du coup, la C4 devrait avoir un TCO qui aura tout pour plaire aux gestionnaires de parc (et à leurs directeurs financiers), particulièrement sensibles sur ce point. Il reste quand même une (petite et) double inconnue : la fiabilité et surtout le service seront-ils à la hauteur des nouvelles exigences des professionnels ? Soyons confiants : il ne peut pas en être autrement !

Mots clefs associés à cet article : Citroen, Berline, Stop & Start

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2019

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2019, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2019
COMMANDER