Canada : l’astuce des policiers pour faire respecter les distances de sécurité

Publié le par

Dès la semaine prochaine, la police de Montréal sera équipée d’un outil inédit en matière de sécurité routière. Un petit appareil, monté sur le guidon des patrouilleurs à vélo, permettra de mesurer les distances de sécurité entre cyclistes et automobilistes.

Le C3FT, outil révolutionnaire en matière de sécurité routière ?
Le C3FT, outil révolutionnaire en matière de sécurité routière ?

La route, un espace de cohabitation entre différents usagers pas toujours attentifs les uns envers les autres. C’est l’amer constat qu’ont fait les agents de la police de Montréal au cours de leurs interventions à vélo. Lassés d’être frôlés par les voitures, notamment lors des dépassements, les policiers ont donc fait la demande d’un instrument de dissuasion massive pour contrôler les conducteurs imprudents. À partir du 28 août prochain, les gardiens de la paix montréalais seront donc pourvus de C3FT afin de repérer les contrevenants.

Le C3FT (photo ci-dessus), sorte de petit radar digital à 2 000 dollars canadiens l’unité (soit environ 1 357 euros), a été développé par l’entreprise américaine Codaxus et financé par la Société de l’assurance automobile du Québec. À l’aide de capteurs microscopiques, il donne avec précision l’écart laissé entre chaque véhicule. Par conséquent, si un automobiliste laisse moins de 1 mètre en ville ou 1,50 m hors agglomération entre lui et un vélo – une législation similaire à celle de la France –, il écopera d’un rappel à l’ordre.

Arme de sensibilisation massive

Car, dans un premier temps, l’outil ne sera utilisé qu’à des fins pédagogiques. À terme, au Canada, il devrait cependant s’inscrire comme une preuve irréfutable face à une Cour de justice dans le cadre d’affaires pénales. Et, qui sait, traverser l’Atlantique ? Dans nos contrées hexagonales, un non-respect des distances de sécurité donne lieu à une contravention de quatrième classe sanctionnée par la perte de 3 points, de même qu’une amende forfaitaire de 135 euros. De quoi calmer quelques ardeurs…

Mots clefs associés à cet article : Vélo, Nouvelles technologies, Sécurité

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter