CO2 : La croissance de l’industrie automobile se fait aux dépens d’émissions plus élevées

Publié le par

Les émissions de CO2 ont continué d’augmenter pour atteindre en 2018 la moyenne la plus haute observée depuis 2014. Un phénomène qui s’explique notamment par une augmentation des mises à la route essence. La France se positionne à la 6ème place des pays les moins émetteurs.

Selon les chiffres publiés ce lundi 4 mars par Jato Dynamics, la moyenne européenne des émissions de CO2 a augmenté de 2,4 g/km pour atteindre 120,5 g/km en 2018. C’est le chiffre le plus élevé de ces quatre dernières années. Une tendance attribuée à la bascule des voitures diesel aux voitures à essence, la demande de véhicule roulant au gazole ayant reculé de 18 % sur l’année écoulée.

Engouement pour les SUV vs émissions de CO2

Mais cela n’explique pas tout. Selon Jato, l’engouement des Européens pour les SUV est également responsable de cette situation. Pour ce segment, qui a représenté 35 % de la demande européenne l’an passé, la moyenne des émissions s’est détériorée de 1,4 g/km. Les seules catégories davantage émettrices (voitures de sport, berlines de luxe) restent marginales en termes de volumes. En revanche, les moins polluantes (citadines et sous-compactes) ont affiché une baisse des immatriculations (-1,5 %). « En d’autres termes, les consommateurs européens optent pour les véhicules avec les émissions les plus élevées et la croissance de l’industrie se fait aux dépens d’émissions plus élevées », se désole Jato


«  Au lieu d’aller de l’avant, l’industrie régresse à un moment où les objectifs d’émission se durcissent, alerte Felipe Munoz, directeur mondial de Jato. L’introduction du WLTP en septembre 2018 a été un défi pour le marché, car un grand nombre de véhicules disponibles n’avaient pas encore été homologués. L’augmentation de CO2 est certainement inquiétante et une mauvaise nouvelle pour les gouvernements et la plupart des constructeurs automobiles. »

Classement par pays

Globalement, les émissions de CO2 ont crû dans 20 des 23 marchés observés par l’organisme. Les trois pays à avoir constaté une amélioration sont la Norvège, les Pays-Bas et la Finlande. En Norvège, la popularité croissante des voitures électriques et hybrides (57 % du marché) a permis d’absorber la baisse enregistrée par les voitures diesel (-28 %). Aux Pays-Bas, cette amélioration est due à une augmentation de la demande de véhicules de loisirs (+74 %). À l’inverse, la pire performance est observée au Royaume-Uni, qui a mené l’une des campagnes les plus agressives contre diesel (+4,3 g/km en moyenne). La France s’affiche à la 6e place des pays les moins émetteurs avec une augmentation de 1,3 g/km.

Mots clefs associés à cet article : CO2, Pollution, Marché Europe

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter