Beltoise chapeaute la sécurité en entreprises

Publié le par

Fin juin, la société spécialiste de la prévention du risque routier, Beltoise Evolution, détaillait son plan d’action à destination des professionnels. Elle dévoilait, à cette occasion, une nouvelle offre d’accompagnement contractuel afin de lutter contre ce qui est encore la première cause de mortalité au travail.

Selon le dernier rapport du spécialiste de la télématique dédiée aux responsables de parcs, Webfleet Solutions, 42 % des flottes commerciales sont impliquées dans une à cinq collisions par an. © Clark Van Der Beken/Unsplash
Selon le dernier rapport du spécialiste de la télématique dédiée aux responsables de parcs, Webfleet Solutions, 42 % des flottes commerciales sont impliquées dans une à cinq collisions par an. © Clark Van Der Beken/Unsplash

À l’origine de la perte de 4 100 000 journées de travail tous les ans, le risque routier est la première cause de décès dans le cadre professionnel. Or, seuls 17 % des dirigeants seraient au fait de cette réalité et 50 % des gestionnaires ne savent pas si leurs conducteurs roulent de façon sûre selon le rapport 2021 de Webfleet Solutions sur la sécurité routière des flottes commerciales en Europe. Un comble quand on sait que leur responsabilité peut être engagée en cas de sinistre et si l’absence de mesure de prévention de ce risque professionnel semble avérée.

Afin de remédier à cette désinvolture aux conséquences potentiellement dramatiques, Beltoise Evolution s’est donné pour mission d’apporter des solutions de sensibilisation sur-mesure. En 30 ans d’expérience, l’organisme a donc mené plus de 800 sessions de formations à l’année – animées par une équipe de 50 formateurs – auprès d’un total de quelque 12 000 conducteurs au sein d’une quarantaine d’entreprises. Des actions ponctuelles qui se couplent désormais d’un suivi plus permanent.

Pédagogie et promesses de résultats

Alors qu’un quart (26 %) des entreprises organisent des actions de prévention régulière, contre 34 % à une fréquence rare et 40 % qui n’en délivrent jamais, Beltoise Evolution a entamé une réflexion sur la création d’outils de sensibilisation adaptés, aussi bien au distantiel qui se généralise qu’au profil des structures concernées. « Souvent, les initiatives sont prises en réaction d’un accident, ce qui est le contraire de la prévention », déplore Marc Bodson, directeur général de Beltoise Evolution.

En plus de sous-estimer la situation réelle et les enjeux induits, puisque « beaucoup d’entreprises ne comptabilisent que les accidents avec un tiers et non pas les petits chocs », nombre d’entre elles affichent également un certain scepticisme quant à l’efficacité de ces actions. « Très souvent les entreprises raisonnent en termes de dépense et non pas d’investissement. Pour elles, la prévention n’est pas la priorité en temps de crise », regrette d’ailleurs Marc Bodson. Néanmoins, contrairement à celui d’une formation, le coût moyen d’un sinistre n’est pas négligeable pour une entreprise : 5 258 euros environ selon le rapport annuel de l’ONISR édition 2019. Et puis la sécurité des salariés n’a (normalement) pas de prix.

De ce fait, « notre première préoccupation est de les convaincre que ces formations ne constituent pas une dépense additionnelle à vide mais un réel investissement sur le long terme avec des retombées concrètes » fait valoir Sandra Basic, directrice commerciale de Beltoise Evolution. C’est donc dans cette optique que la société spécialiste de la prévention du risque routier a décidé de développer une nouvelle offre d’accompagnement contractuel « proposant un suivi trimestriel des démarches engagées et un bilan annuel complet doublé d’actions correctives si besoin », définit Sandra Basic. « Et si l’objectif de baisse de sinistralité n’est pas atteint – ce qui n’est encore jamais arrivé –, Beltoise s’acquitte d’une grille de pénalité », ajoute la directrice commerciale de Beltoise Evolution. Une rétrocession d’une partie des honoraires facturés en cas d’échec qui vise à rassurer les clients professionnels, et ce dès la prise en main d’un dossier.

Diagnostic pragmatique

Aux prémices de la mise en place d’un plan d’action, Beltoise Evolution collecte en effet les informations de sinistralité auprès de la flotte mais aussi du loueur associé, du listing assureur et en consultant les frais de restitution ou les factures de réparation. L’estimation de cette phase d’audit oscille entre 2 000 et 2 500 euros suivant la taille du parc automobile à prendre en compte, qui ne sera toutefois pas facturée si l’entreprise s’engage ensuite dans un projet de prévention.

Après cette compilation, les données sont analysées et un diagnostic posé, comprenant des recommandations de mesures à entreprendre. Celles-ci sont déterminées par les typologies d’accident et les comportements spécifiques observés, notamment ceux des populations à traiter en priorité, à savoir les récidivistes. « Le panel de collaborateurs impliqués ne retient cependant que la population des itinérants et il est soumis à la volonté de l’entreprise, même si l’idéal est d’avoir la globalité », admet Marc Bodson, qui note ainsi la réticence de certains cadres à participer. Pourtant, « les mises en situation sur circuit s’avèrent être le meilleur moyen de faire prendre conscience aux conducteurs de leur comportement et des risques qu’ils prennent et font prendre aux autres usagers de la route », souligne Sandra Basic.

Par conséquent, les actions les plus efficaces se trouvent généralement programmées en début de plan. « 20 % des conducteurs sont responsables de 80 % des accidents : les faire réaliser leurs mauvaises habitudes au volant aide à faire diminuer le taux de récidive. De plus, ils peuvent ensuite témoigner afin d’encourager la motivation de leurs collègues », constate Marc Bodson. Quant à la durée préconisée pour ce type d’engagement, elle serait de 3 ans dans l’idéal en vue de planifier de belles marges de progression. Pour cause, comme l’explicite le directeur général de Beltoise Evolution, « plus on part d’une situation dégradée plus on a de chance de remplir les ambitions prônées. »

Retrouvez cet article dans le n°268 (août-septembre 2021) de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Beltoise Evolution, Flotte, Eco-conduite, Accident, Sécurité

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter