Auto-partage : le service WeShare de Volkswagen bientôt déployé à Paris

Publié le par

Volkswagen vient d’annoncer le déploiement prochain de son service d’auto-partage WeShare dans de nouvelles grandes villes européennes. Paris fait partie des cités retenues.

Pour que l'auto-partage se développe réellement, le soutien des pouvoirs publics est impératif. © WeShare/Volkswagen
Pour que l'auto-partage se développe réellement, le soutien des pouvoirs publics est impératif. © WeShare/Volkswagen

Les conducteurs parisiens adeptes de l’auto-partage pourront bientôt louer leur véhicule auprès d’un nouvel opérateur. Le service WeShare, développé par le constructeur allemand Volkswagen, devrait en effet être lancé dans la capitale au cours des prochains mois.

« En 2020, WeShare, le service d’auto-partage de véhicules en free floating de Volkswagen, sera étendu à sept villes d’Allemagne et d’autres pays européens. Prague et Hambourg au printemps seront suivies par Paris, Madrid, Budapest, Munich et Milan dans le courant de l’année. Dans toutes ces villes, WeShare proposera une flotte d’environ 8 400 véhicules 100 % électriques », indique la firme de Wolfsburg dans un communiqué.

La gamme Volkswagen mobilisée

Si à Prague et Budapest les clients rouleront en Skoda Citigo iV 100 % électrique, en France (comme en Espagne et en Italie), la flotte de WeShare sera – au lancement du moins – exclusivement composée de véhicules siglés Volkswagen. Les automobilistes parisiens auront, dans un premier temps, la possibilité de conduire des e-up ! et des e-Golf, avant de pouvoir rouler également dans la nouvelle ID.3.

Le P-DG de WeShare, Philipp Reth, a de grandes ambitions concernant le développement de l’auto-partage en Europe. Il estime que ce type de solution va permettre de « jouer un rôle de transition essentiel et évolutif dans le secteur de la mobilité partagée et durable pendant toute la période qui précédera l’arrivée des systèmes de transport automatisés ».

Mais pour que l’auto-partage se développe réellement, il faut que les pouvoirs publics soutiennent et facilitent le déploiement de tels services. « Nous espérons recevoir le soutien des villes, par exemple au niveau des tarifs de stationnement des véhicules auto-partagés ou de la désignation des nouveaux espaces dédiés à l’auto-partage dans l’espace public, afin d’inciter les utilisateurs potentiels et de rendre la solution encore plus intéressante et pertinente », ajoute-t-il.

Un combat également porté, en France, par d’autres opérateurs qui ont décidé de se fédérer pour mieux faire entendre leurs arguments.

Mots clefs associés à cet article : Volkswagen, Autopartage

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter