Auto-partage : la mairie de Paris ne ferme aucune porte

Publié le par

[Mise à jour] Anne Hidalgo a réuni des constructeurs, des loueurs et des start-ups pour évoquer des alternatives au service d’autopartage Autolib’. Jusqu’à 20 000 véhicules en auto-partage pourraient être déployés dans les prochaines années.

La mairie de Paris pourrait mettre en place un autre service d'autopartage, avant la fin du contrat du groupe Bolloré prévue en 2023.
La mairie de Paris pourrait mettre en place un autre service d'autopartage, avant la fin du contrat du groupe Bolloré prévue en 2023.

Il y a beaucoup de candidats pour prendre le relais du groupe Bolloré à Paris. La mairie de la capitale a convié une quinzaine de constructeurs, de loueurs et de start-up pour évoquer des alternatives au service d’autopartage Autolib’ géré par le groupe Bolloré. Renault, PSA, Volkswagen, Daimler, Drivy, Ubeeqo, Zipcar, Citiz, Communauto, Car2Go, Vulog, Zencarz, Sixt, Hertz et Clem’ ont répondu à l’appel de la maire de Paris. Selon eux, il serait possible de « déployer jusqu’à 20 000 véhicules en auto-partage intra-muros et dans la petite couronne dans les prochaines années. » Selon la mairie de Paris, ces initiatives seraient portées par les acteurs privés, sans fonds publics. La collectivité ne jouant qu’un rôle de régulation.

Autolib’ affiche en effet des pertes prévisionnelles abyssales : 293 millions d’euros d’ici à 2023. Somme que le groupe réclame à la mairie de Paris et aux collectivités utilisatrices du service. Dans les colonnes des Échos du 2 juin 2018, Anne Hidalgo qualifiait la somme demandée « d’extravagante » et annonçait qu’elle allait « regarder ce qui se fait ailleurs » avant la fin du contrat avec Bolloré qui est prévue pour 2023.

« Des constructeurs ont des propositions opérationnelles, il n’y a aucune raison d’attendre » assénait l’édile dans les colonnes des Échos. C’est désormais chose faite. « Cette rencontre a été l’occasion de rassembler les professionnels du secteur pour recueillir leurs idées et présenter les attentes de la municipalité. Ce travail se poursuivra dans les prochaines semaines » assure Bruno Julliard, premier adjoint à la maire de Paris.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Autopartage

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER