Audi : nouveau 1.8 l TFSI

Publié le par

Si les moteurs Diesel s’améliorent de jour en jour, la marge de progression des moteurs essence est considérable d’autant que, faut-il le rappeler, ils ne produisent aucune particule et n’émettent que très peu d’oxydes d’azote (NOx).
Les moteurs de la dernière gamme Audi A5 fixent de nouvelles normes en termes de sportivité et d’efficacité. Le 1.8 l TFSI, moteur d’entrée de gamme, regroupe l’ensemble des dernières technologies. Ce nouveau 4 cylindres de 1 798 cm3 développe un couple important de 320 Nm sur le vilebrequin, disponible de façon constante entre 1 400 et 3 700 tr/min. À 3 800 tours, il produit ses 125 kW (170 ch). Sa vitesse de pointe est de 230 km/h théoriques. En moyenne, il se contente de 5,7 l/100 km, émet 134 g/km de CO2. Comparativement à l’ancien moteur de 118 kW (160 ch), la consommation a reculé de 21 % !

Comment cela ? En travaillant particulièrement le processus de combustion. Outre l’injection directe d’essence FSI, le 1.8 l TFSI utilise une injection indirecte de carburant à l’extrémité de la tubulure d’admission dans la zone des “ volets Tumble ”, où il tourbillonne intensément avec de l’air. L’injection indirecte entre en jeu dans la plage de charge partielle. Elle diminue la consommation et réduit drastiquement les émissions de particules, si bien que le 4 cylindres respecte dès à présent les limites de la future norme Euro 6, qui n’entrera en vigueur qu’en 2015.
Au niveau de l’installation FSI, la pression de la rampe est passée de 150 à 200 bars. L’injection directe est active au démarrage ainsi qu’à haut régime et est en mesure de délivrer deux ou trois injections individuelles par cycle. Afin de perfectionner encore l’échange gazeux, la commande des soupapes a également reçu un nouveau degré de liberté : le système Audi valvelift, qui commande la levée des soupapes en deux étapes, agit côté échappement. Les deux arbres sont susceptibles de se déplacer selon un angle de vilebrequin de 30 ou 60°.
Et puis le moteur dispose d’une régulation électronique du liquide de refroidissement. L’un de ses principaux objectifs est de faire monter l’huile moteur aussi rapidement que possible à température de fonctionnement après un démarrage à froid. Le nouveau module de clapets tournants peut régler la température de l’eau entre 85 et 107 °C en fonction de la charge et du régime, ce qui permet d’atteindre constamment le meilleur compromis entre friction interne minimale et degré d’efficacité thermodynamique. Dans l’ensemble du système de refroidissement, des soupapes commutables règlent l’écoulement des flux thermiques entre le moteur, l’échangeur de chaleur de la boîte de vitesses et l’habitacle. Finalement, la gestion thermique réduit les émissions du 1.8 l TFSI d’environ 2,5 g de CO2 aux 100 km. Enfin, le poids du moteur est passé de 135 à 131,5 kg.
Bref, on ne dira jamais assez de bien de ces moteurs essence modernes qui, couplés avec un moteur thermique, font les meilleures hybrides au monde. C’est tout du moins notre point de vue !

Mots clefs associés à cet article : Audi

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter