Audi A7 Sportback : la forme et le fond

Publié le par

La sculpturale A7 fait peau neuve. Si elle reste fidèle dans les grandes lignes à son atout phare, son physique de top model, elle en profite pour passer à l’ère du tout digital et se poser en nouvelle référence…

L'Audi A7 Sportback est disponible à partir de 73 000 euros.
L'Audi A7 Sportback est disponible à partir de 73 000 euros.

Mercedes-Benz a donné des idées à la concurrence avec sa singulière CLS, un coupé-berline qui vient juste d’être renouvelé ! Hasard du calendrier, Audi présente quasi en même temps sa seconde génération d’A7 Sportback, sa rivale directe.

Malgré un gabarit très proche de l’ancienne, avec 4,97 m de long et un toit culminant à seulement 1,42 m, cette A7 porte en elle les gènes de la nouveauté. Le profil est presque identique, signe de la justesse du style initial, mais il a gagné en muscles au niveau des passages de roue. La proue, plus basse et large avec sa calandre gourmande, joue elle aussi sur ce registre, tandis que l’arrière arbore un inédit bandeau lumineux courant sur toute la largeur. Afin de ne pas entacher cette ligne sobre et élégante, premier critère d’achat d’une A7, les designers ont pris soin d’intégrer un aileron amovible se déployant automatiquement à partir de 120 km/h. Nouvelle sur la forme, l’A7 « cru 2018 » l’est surtout sur le fond…

Ère 2.0

À bord, on remarque qu’il s’est passé quelque chose ! Et pour cause : l’A7 est passée à l’ère 2.0 en se dotant de 39 aides à la conduite. Les traditionnels boutons physiques ont presque tous disparu, remplacés avantageusement par trois écrans digitaux. Outre le cockpit virtuel, cet affichage variable de 12,3 pouces qui se substitue aux compteurs, deux écrans, mais tactiles cette fois, gagnent la console centrale. Celui du haut est dédié à l’infotainement et celui du bas, aux « zones de confort ». Tout cela s’apprivoise intuitivement et peut être complété, en option, par un affichage tête haute.

Dotée d’un réseau de bord de 48 V, l’A7 débute avec deux V6 3.0 l (TFSI essence de 340 ch et TDI de 286 ch), en attendant de plus démocratiques 4 cylindres et de prestigieux V8. C’est cette dernière version, baptisée 50 TDI, que nous avons essayée. Grâce à un couple de 620 Nm dès 2 250 tr/min, l’A7 dispense des reprises éclairs (0 à 100 km/h en 5,7 s), tout en préservant la consommation, à peine supérieure à 8 l/100 km en roulant à vive allure. Mais la plus belle performance est à mettre au crédit du comportement, sûr avec la transmission intégrale quattro livrée de série, mais aussi agile grâce à des roues arrière directrices permettant d’enrouler les virages. La nouvelle A7 tutoie une certaine idée de la perfection automobile mais aussi les hautes sphères côté tarif puisqu’elle débute à 73 000 euros.

Mots clefs associés à cet article : Audi

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER