[Vidéo] Audi A1, jeune et jolie

Publié le par

L’A1 est jeune, puisqu’elle débarque tout juste en concession. Et elle est plutôt jolie avec ça, son design gagnant en muscles. Mais la nouvelle A1 est surtout bien plus homogène que par le passé.


Cette video n'est plus disponible

Si l’avant-gardiste Audi A2 a connu une carrière pour le moins discrète, ce n’est pas le cas de l’A1, apparue voilà près de neuf ans. Un âge canonique pour une voiture, surtout sur le marché du premium, où les innovations demeurent autant prisées qu’un style fort. Pour ce second opus, Audi est parti d’une feuille blanche… ou presque, la plate-forme MQB AO provenant des dernières Polo et Ibiza. D’ailleurs, la nouvelle A1 est désormais fabriquée à Martorell, en Espagne, et non plus à Bruxelles.

Dans ce souci d’optimiser à fond la synergie régnant dans le groupe Volkswagen, l’A1 ne sera pas disponible en quattro, et seule la carrosserie 5 portes Sportback est retenue. Une carrosserie plus virile que jamais, avec de nombreux clins d’œil adressés à la mythique Audi quattro de rallye. Sauf que l’A1 vit avec son temps en jouant la carte de la personnalisation avec son toit de couleur dissociée.

La même en mieux

Ce nouveau châssis permet à l’A1 de grandir de 9 centimètres au niveau de l’empattement, ce qui est tout bénéfice pour l’habitabilité (espace aux jambes à l’arrière) comme pour la capacité du coffre, en hausse de 65 dm3 (335 dm3 sous tablette). Mais l’A1 fait aussi sa révolution à l’intérieur. Si on regrette une baisse de la qualité perçue, avec trop de plastiques rigides, on salue au contraire le bond technologique. Ainsi, le cockpit virtuel, cette dalle numérique à affichage variable remplaçant les compteurs, doublée par un écran tactile dédié à l’infodivertissement, sont de série, tout comme de nombreuses aides à la conduite.

L’A1 devient aussi plus propre en adoptant que des blocs essence, des 4 et 3 cylindres, le modeste 1.0 l délivrant 90 (25 TFSI) ou 116 chevaux (30 TFSI). C’est cette seconde version que nous avons testée, et jamais ce bloc ne donne l’impression de s’essouffler, y compris sur autoroute. Quant au comportement, il mérite des éloges, en mixant confort et agilité. Clairement, cette nouvelle A1 évolue à des altitudes jamais vues sur le segment, ce qui se ressent sur ses tarifs, élevés eux aussi. Comptez minimum 23 470 euros pour cette A1 30 TFSI.

Retrouvez notre essai complet dans le n° 243 de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Audi, Citadine

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2019

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2019, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2019
COMMANDER