Airbus fait de la mobilité une priorité

Publié le par

Une centaine de véhicules en auto-partage, un service de covoiturage, des réservations 100 % numériques… Depuis les années 2000, l’avionneur a mis en place un comité de pilotage pour gérer les mobilités de ses collaborateurs.

Un comité de pilotage définit les orientations transport et mobilité de ses salariés d'Airbus.
Un comité de pilotage définit les orientations transport et mobilité de ses salariés d'Airbus.

Chez Airbus, la mobilité est une priorité ! Depuis plusieurs années, le constructeur aéronautique a mis en place un comité de pilotage pour prendre les orientations transport et mobilité de ses salariés. Services pour les collaborateurs, aménagement de site, collaboration avec la métropole de Toulouse ou encore télétravail, tous les aspects y sont traités et des objectifs annuels sont fixés pour répondre au mieux aux besoins de l’activité industrielle.

PNG - 58.8 ko
Francis Trémolet, référent plan de mobilité (PDM).
« Le plan de mobilité a d’abord joué en faveur du développement de l’auto-partage. À ce jour, notre flotte de véhicules de service compte 600 unités, auxquelles s’ajoutent 130 voitures partagées. Ce service a été mis en place en 2010 pour répondre aux besoins de déplacement professionnels des salariés et servir une activité industrielle intense » raconte Francis Trémolet, référent plan de mobilité (PDM) chez Airbus.

L’auto-partage pour servir l’activité et rationaliser la flotte

JPEG - 563.8 ko
Valérie Rousset, supplier performance manager transport France.
« Notre objectif était de réduire le nombre de véhicules de service pour rationaliser les coûts de la flotte tout en permettant aux collaborateurs sans moyens de transport personnels de se déplacer en intersites ou de se rendre à des rendez-vous professionnels » complète Valérie Rousset, supplier performance manager transport France. Qui ajoute : « Nous avons aussi réduit l’utilisation de la voiture personnelle pour les trajets professionnels et répondu aux problématiques de responsabilité en cas d’accident. » Et très rapidement Airbus a introduit une dimension électrique à son réseau. Pour améliorer son empreinte carbone, la flotte en auto-partage du groupe compte 15 modèles électrifiés. Le groupe envisage d’en augmenter le nombre si la demande se fait sentir.

Le tout est géré par un système de réservation libre 100 % numérique signé Ubeeqo, une société française intégrée au groupe Europcar depuis 2015. Le collaborateur récupère le véhicule avec son badge grâce à la technologie embarquée et le restitue à l’emplacement dédié. « La mise en place de ce service remporte un franc succès. Nous menons chaque année une enquête de satisfaction interne, et le résultat dépasse les 80 %, indique Francis Trémolet. Cela vient en complément des navettes Airbus. Il y a forcément un coût mais c’est d’abord un service rendu aux salariés. » Et les résultats sont là : avec plus de 15 000 collaborateurs inscrits, dont 11 000 sur Toulouse, le dispositif génère 46 000 réservations par an, pour 570 000 kilomètres parcourus annuellement.

Le covoiturage pour aller plus loin

L’un des objectifs du plan de mobilité chez Airbus est de réduire la part de la voiture dans les déplacements des salariés, y compris de ceux qui utilisent la flotte de service. Le constructeur aéronautique a alors opté pour du covoiturage sur Toulouse. Depuis octobre dernier, les salariés peuvent s’inscrire sur la plate-forme Karos pour bénéficier d’une meilleure desserte des sites. Pour le groupe, les bénéfices sont nombreux : réduction des émissions de CO2 sur la zone d’activité et de la congestion automobile aux heures de pointe, optimisation la mobilité des 38 000 salariés par un enrichissement de l’offre de transport. Francis Trémolet précise : « Nous avons mené une enquête de mobilité en juin dernier qui démontre que la part d’autosolisme des collaborateurs est encore de 69 % en sein d’Airbus, contre 72 % il y a cinq ans. C’est encourageant et cela devrait encore s’améliorer avec le covoiturage. »

« De plus 11 % de nos collaborateurs utilisent le vélo, contre 5 % en 2012. Offrons des infrastructures comme des pistes cyclables sécurisés aux salariés, et les mobilités douces seront en plein essor au détriment de la voiture », insiste-t-il. Airbus collabore ainsi étroitement avec Toulouse Métropole et l’opérateur de transports publics Tisséo pour améliorer de la desserte des sites et des infrastructures routières (carrefours giratoires, accès à la rocade…), mais aussi créer des pistes cyclables. Un service de navettes entre les sites du groupe a aussi été instauré, doté de sept lignes, avec une fréquence de passage de dix minutes.

Devant les résultats positifs des mesures prises à Toulouse, le groupe va les étendre à ses sites de Nantes et de Saint-Nazaire.

Mots clefs associés à cet article : Ubeeqo, Autopartage, Covoiturage, Karos, Nouvelles mobilités, Airbus

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
Guide Fiscal 2019

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2019, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2019
COMMANDER