ALD parvient à résister à la crise

Publié le par

Le 6 mai 2020, ALD a publié des résultats encourageants au titre du premier trimestre 2020, avec une baisse contenue de son bénéfice net de 3,7 %, à 128,9 millions d’euros. Une performance que son patron, Tim Albertsen, juge « rassurante » vu le contexte économique fortement dégradé dû au Covid-19.

ALD a su faire preuve de flexibilité pour limiter l'impact de la crise sanitaire lors du premier trimestre 2020. (DR/ALD)
ALD a su faire preuve de flexibilité pour limiter l'impact de la crise sanitaire lors du premier trimestre 2020. (DR/ALD)

« Malgré les difficultés, nos résultats opérationnels et financiers au premier trimestre 2020 sont rassurants. Ils reflètent la solidité et la diversification géographique de notre modèle » met en exergue Tim Albertsen, directeur général d’ALD, ajoutant que le groupe a fait preuve de sa flexibilité. Pour preuve, le télétravail a été déployé très rapidement afin d’éviter le recours au chômage partiel. Au niveau géographique, le groupe a surtout souffert en Italie, puis au Royaume-Uni, même si l’impact économique de la crise a été ressenti sur tous les marchés en mars.

Grosses manœuvres autour du VO

À la fin du mois de mars, la flotte de véhicules d’ALD était en croissance de 5,6 %, à 1,78 million de véhicules. La marge brute des activités a progressé de 3,1 %, à 323,1 millions d’euros. La tension des principaux marchés se ressent sur le bénéfice opérationnel, en repli de 11 %, à 146,4 millions d’euros, tandis que le bénéfice net a fléchi de 3,7 % (128,9 millions d’euros). Dans un registre différent, le produit des ventes de véhicules d’occasion a aussi chuté à 3,2 millions d’euros, à la suite d’une dépréciation exceptionnelle du stock, passé à hauteur de 9 millions d’euros, pour anticiper la hausse du facteur risque lié à la crise. Parallèlement, ALD cherche à prolonger certains de ses contrats pour éviter des ventes massives, une fois le confinement terminé, et ainsi se prémunir contre une détérioration trop marquée des prix et des marges.

Déjà à l’affût de possibilités d’acquisitions

Par ailleurs, ALD a passé une provision de 4,4 millions d’euros afin de faire face à une éventuelle hausse de défauts de ses clients. Le groupe suspend ses prévisions annuelles « en s’attendant à ce que ses performances soient affectées par l’environnement économique difficile ».
Toutefois, il voit l’avenir avec sérénité. « Nous sommes prêts à saisir des opportunités en lançant des produits innovants, plus flexibles, et en exploitant tout le potentiel d’offres sur le VO. Nos concurrents vont souffrir, surtout s’ils ne sont pas soutenus, comme nous, par des banques aussi solides que la Société Générale » assène encore Tim Albertsen, tout en pointant des opportunités de croissance externe à court et moyen termes.

JPEG - 114.1 ko
Tim Albertsen, CEO d’ALD.

Mots clefs associés à cet article : ALD Automotive, LLD, Marché Flottes, Véhicule d’occasion (VO), Économie, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER